L’année du crabe de Alice Baguet

Crabe envahissant, crâne aussi lisse qu’une Chupa Chups…
La couverture est éloquente et l’on devine sans peine quel sera le sujet du livre.
Mais les personnages sourient alors peut-être que l’abord sera un peu différent cette fois-ci ?
Et puis c’est quoi cette histoire de globules et de raviolis ? 

Allez, viens, je vais te parler de mon COUP DE COEUR littéraire de la fin du mois de mai ! 

Lecture BD L'année du crabe Chronique


De quoi ça parle ? 


Chronique lecture BD L'année du crabe


Cette BD est un récit autobiographique d’une jeune fille qui raconte comment à 19 ans un cancer lui a été diagnostiqué. Un cancer du sang de stade 3. Ca ne rigole plus.
Et pourtant. On suit avec humour la découverte de son cancer, qu’elle prénomme Jean-Pierre, leurs premiers rendez-vous, leur vie de couple et enfin leur séparation.
On parlera de raviolis aussi, de beaucoup de raviolis. Il n’y a pas de raison pour que seules les femmes enceintes et Astérix aient droit aux idées fixes ! 

« Le cancer m’a plutôt fait du bien, parce qu’un gros coup de pied au cul à 19 ans, c’est toujours bon à prendre ! »
Mon avis ? 
Chronique lecture BD L'année du crabe

Tu te doutes que je n’ai pas mis un panneau coup de coeur pour rien ? 
J’ai adoré cette histoire qui raconte le cancer sous forme humoristique et ironique plutôt que sous forme de pathos larmoyant. Ca change un peu et ça met un pansentiment à ceux qui vivent de près ou de loin l’enfer de ce satané crabe, qu’il s’agisse de Jean-Pierre ou de Cellulator.
J’ai beaucoup aimé la personnification des entités un peu abstraites, par exemple le cancer sous forme de crabe, la chimiothérapie par le biais d’une fée genre « Féepachier » ! C’est certainement la manière dont se les est représentés l’auteur durant son combat et cela aide le lecteur à identifier alliés (aussi doux que Rambo) et ennemis (aussi doux que l’hypocrisie).
Tous les aspects de la maladie sont abordés : le changement physique, l’évolution mentale, la modification des loisirs, le tri sélectif social, le traitement qui s’intensifie, l’après-cancer. Lors de toutes ces étapes, l’optimisme et l’espoir font rage.
J’admire cette Alice.

Concernant les illustrations, elles sont simples, avec des traits grossiers portés par la finesse de l’histoire et mettant en avant les points méritant l’attention du lecteur : l’apparition des cernes, les éclats de rire, etc.
Elles sont également bi-chromatiques afin de bien identifier les opposants sur la ligne de front et leurs victoires respectives : noir et blanc pour la malade et orange pour le crabe. 

Absolument tout dans ce livre prête à sourire. Je t’engage donc vivement à lire attentivement jusqu’à la page de remerciements ! 

« On peut pas dire que ç’a été le coup de foudre tout de suite (ce n’était donc pas un cancer foudroyant).
Mais on a appris à se connaître et au final cette année-là, avec Jean-Pierre, on s’est bien marré. »


Au final ? 

Traitant du cancer, je m’attendais en tournant la couverture à rencontrer un crève-coeur. Finalement, j’ai trouvé un coup de coeur. Et je le vis plutôt pas mal !
Cette histoire qui se termine bien ne fait pas oublier celles qui se finissent mal, mais rappelle que l’espoir est encore possible tant que la fin de partie n’a pas été sifflée et que chacun choisit sa manière de vivre une histoire triste.


*****

Ma note : 20/20 🏆

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.