Qui sommes-nous ?

Bonjour les lectonautes, les globe-croqueurs… les deux à la fois ?!

Il est peut-être temps que je présente un peu celle qui se cache derrière ces bras s’envolant sur le monde, réel ou imaginaire, tout en gardant ses racines à orteils bien ancrées sur terre ?

 

 

Je m’appelle Corinne, je suis née en 1984 (j’ai décidé de ne plus compter les années, ça fait du bien à mes rides) et même si j’ai traversé des pays où l’on peut changer de sexe en éternuant, je suis bien une fille !
Mon foyer fiscal étant à Toulouse, tu retrouveras donc mon accent du soleil couchant dans les vidéos. (j’ai essayé avec l’accent belge, mais ça fonctionne moins bien !)

 

 

Pour assurer cette présentation, je vais commencer par celle piquée à Amélie Poulain pour ne plus être une sorte de robot virtuel dématérialisé à tes yeux.

J’AIME : 

– les oeufs à la coque avec leurs mouillettes
– l’odeur de l’herbe coupée après la pluie
– prendre le temps de rêver cinq minutes par jour
– me faire craquer la glotte avec des fous-rires
– lire au lit
– les pipas (graines de tournesol)
– la bibliothèque de la Bête dans le dessin animé de Disney
– les danses latines
– monter dans les coteaux pour admirer la plaine en contrebas
– sniffer l’odeur des livres
– admirer les étoiles les soirs d’été
– regarder The Walking Dead entre mes doigts tout en mangeant des Miel Pops
– les émotions sincères dans les halls d’aéroport ou sur les quais de gare
– le mot « escarpolette »
– la tête des gamins quand ils comprennent que tu leur as fait une blague
– se réchauffer contre une cheminée
– trouver des ressemblances aux nuages
– le vin blanc du Pacherenc du Vic-Bilh dans le Sud-Ouest
– les communications avec les gens dont tu ne comprends pas la langue et réciproquement
– croire que les arcs-en-ciel sont magiques et qu’il y a un trésor à leur pied ou que l’on va changer de couleur si on les traverse
– sentir le vent de l’adrénaline sur une moto
– le pain perdu (et en plus c’est très écolo !!)
– les petits mots personnalisés et manuscrits qui accompagnent les cadeaux
– les chutes involontaires (sadique !)
– chercher les œuvres de street-art et comprendre leur sens caché
– trinquer avec une glace en cornet
– les surprises. En période de manque, je prends un abonnement Kinder.
– écouter Mr Coolture parler italien
– les tapas espagnoles, mais sans friture
– les gens qui parlent en dormant, ou rigolent, ou chantent !

JE N’AIME PAS :

– les salsifis, le pain en caoutchouc
– la plante qui donne un goût beurk dans les soupes thaï
– le vent
– les punaises, ces trucs volants sans sonar qui te rentrent dedans sans gêne.
– le moustique qui vient te bourdonner aux oreilles quand tu t’endors
– avoir un gecko au plafond au dessus de mon lit
– la spéléologie et les endroits confinés
– les maillots de bain à ficelles, ces traîtres !
– les chèvres, les troupeaux de vaches en liberté en montagne, ces fourbes !
– un compliment trop mielleux
– Alice au pays des merveilles
– Gerard Depardieu
– ne pas entendre « merci », « bonjour », « s’il vous plait »
– les enfants collés devant des écrans
– ranger mon bureau
– changer la housse de couette
– me voir interdire de lécher le saladier à gâteau
– ma tendance à toujours mettre des points d’exclamation !
– le mot « piqûre » et tout le champ lexical de la médecine
– les sonorités de la langue allemande (peut être mieux quand ils ont une angine ?)
– ne pas savoir où placer la ceinture de mon collant : au-dessus des bourrelets ou en-dessous ?
– le dimanche soir et les retours de voyage
– la jalousie
– ne pas arriver à dépasser 3 ricochets même avec 2h d’entraînement
– mes 6 cheveux blancs : c’est trop peu ou trop tout court, mais j’aime pas
– prendre l’avion ! Tu cherchais un exemple au mot « comble » ?

Mais je ne suis pas toute seule à tenir ce blog !

Si j’ai bien commencé seule, cela fait  quelque temps que ce n’est plus le cas. Je suis aidée par un complice. Un complice de l’ombre. Un complice de vie, mon Monsieur Coolture, alias Flo. Il est aussi né en 1984 et c’est un monsieur du Monde, avec un grand M. Il n’a pas d’origines précises, il a vécu un peu partout entre les îles antillaises et les villes de la métropole. Mais depuis plus de 10 ans, il a compris avec intelligence que la vie était plus douce à Toulouse ! (chauvinisme distillé, c’est cadeau)

Si je parle souvent sur les réseaux sociaux à la première personne, c’est tout simplement parce que c’est moi qui gère toute la communication digitale. Lui, n’aime pas ça. Surtout Twitter, beurk. Alors, ses rôles, quels sont-ils ?

  • Il complète mon panel de photos. Nous n’avons pas le même matos, le sien est plus évolué : un reflex. Il est donc le photographe attitré des zones obscures et des photos de nuit. De plus, nous n’avons pas la même sensibilité et la sienne est souvent complémentaire de la mienne. On peut ainsi te partager plus de variété.
  • Il complète la partie culturelle des articles. En bonne femme-orchestre, je frôle parfois le burn-out geekesque alors quand une sortie ou un trip important se présente, c’est lui le référent officiel de tout ce qui est culturel en cas de trou de (ma) mémoire de bulot (c’est fréquent).
  • C’est le commercial du blog. Je suis à l’aise à l’écrit, je gère la vitrine digitale. Mais lui, c’est un as de l’oral. Il est capable de disserter avec les statues italiennes, je te l’ai dit ? Très pratique pour aller au contact des autochtones partout où l’on passe, il nous crée des anecdotes en barres et nous sort des sentiers déjà peu battus très régulièrement. Il gère également avec brio et naturel la promotion de ce boudoir virtuel auprès de nos rencontres. Souriant, poli, joyeux, calme, à l’écoute et cultivé, il assure ce rôle à la perfection et a toute mon admiration. C’est toujours lui qui nous présentera d’ailleurs.
  • Il relit et modère les articles avant publication au regard de notre expérience commune.
  • Il sert de modèle photogénique sur les photos. Son dos est parfait d’après les critères du Comité des Selfies de Dos !
  • Il dessine : les 90% de nos dessins dans les carnets de voyage en papier, ce sont les siens ! Chapeau l’artiste !
  • Il me pousse à me dépasser. Sans lui, il y aurait moins de défis sportifs sur ce blog, je peux te l’assurer !
  • Il est ma source d’inspiration : il me propose des idées d’articles, ou bien le voir évoluer dans un environnement m’en donne naturellement.
  • Il me rappelle que la vraie vie réelle c’est important. Si je pose mon écran, toi lecteur, tu n’en mourras pas. Tu n’as pas besoin de tout savoir. Nous non plus d’ailleurs, quand on te parle d’un endroit. On peut juste savourer le moment présent. Avoir une conscience d’1m80 pour rappeler les valeurs importantes de la vie, c’est primordial.

S’il est discret sur la toile, son rôle à mes côtés m’est pour autant essentiel. Je le sais, mais toi pas forcément. Il fallait donc que je rajoute cette partie !

IMPORTANT

On me propose assez fréquemment des INVITATIONS et des PARTENARIATS relatifs au tourisme où je suis la seule invitée. Je suis navrée, mais je déclinerai systématiquement, aussi alléchante que soit la proposition. Nous formons un duo complémentaire, une sorte de clair/obscur, pour le meilleur et pour le sourire.

qui-sommes-nous-La-World-Coolture 

TES QUESTIONS

Et je continue maintenant avec TES questions, tu sais celles que tu me poses assez régulièrement :

Mais comment tu fais pour voyager autant ? A chaque fois que je te croise, tu vas partir en vadrouille !! 

Eh bien c’est très simple. J’ai eu deux chances dans ma vie.
La première, c’est d’être née de deux parents baroudeurs, qui considèrent que le monde ne s’arrête pas aux frontières de SON monde propre. C’est donc tout naturellement qu’après avoir voyagé sur les routes d’ailleursland à deux, ils ont choisi de continuer à trois !  J’ai ainsi découvert que l’horizon était extensible très jeune (en bus, en train, en avion, en camping-car, en stop, à dos de dromadaire, en galère…).

La deuxième, c’est que ma vocation professionnelle me permette de prendre un avion régulièrement. Non, je ne suis pas hôtesse de l’air, même si c’était mon idée première. Je suis instit ! Mais contrairement à Victor Novak, j’enfourche plus souvent un avion qu’une moto ! Je ne te fais pas un dessin : les nombreuses vacances que l’on nous jalouse tant, je les occupe bien ! Mais à plein pot niveau tarifs, et là je suis sûre que les ardeurs sont calmées ! Etant indépendante financièrement, je peux aussi partir quand bon me semble (on a souvent tendance à oublier cet aspect pragmatique avec nos envies bohèmes).

✈ Pourquoi ce besoin incessant de partir ? Tu n’es pas bien en France ? ✈

La question est complexe, et la réponse est souvent embrouillée ! Je vais essayer d’y répondre au mieux.
Ce besoin de partir, en fait, ce n’est pas un besoin. C’est quelque chose d’aussi naturel pour moi que d’approcher mon nez d’une fleur pour la sentir. J’y ai été habituée tellement tôt que c’est devenu un trait de caractère. Je ne peux pas rester sédentaire perpétuelle, j’ai la bougeotte et une grande soif de découverte.
Au collège, je me suis aperçue comme dans un flash des bénéfices des voyages :

– en trottant sur le globe, j’ai aiguisé mon esprit critique à ce que je vois dans les médias ou à ce que racontent les gens. J’ai appris à me méfier et à m’interroger, à me documenter, pour discerner le vrai du faux, à ne pas me cantonner aux faux-semblants paradisiaques.
– j’ai appris à être prudente et à comprendre le danger, comment l’éviter au mieux sans sombrer dans la psychose.
– j’ai touché du coeur la tolérance et l’empathie. Sur les routes du monde, on se frotte à la différence, au malheur, et surtout aux sourires dans la misère. C’est terriblement déstabilisant mais aussi une leçon de vie incomparable.
– je me suis remis les idées en place. Paradoxalement, partir me fait remettre les réalités à l’endroit qui leur correspond, idem pour les problèmes. En bonne française, je râle régulièrement et pourtant, quand on voit la vie ailleurs, on se demande bien pourquoi !! Chaque tampon de passeport est une claque magistrale. Le voyage fait RELATIVISER.
– le voyage me force aussi à m’adapter et non pas toujours à attendre que les autres le fassent face à moi. C’est un mécanisme mental qui n’est pas inné et qui demande de l’entraînement : apprendre une nouvelle langue, ne pas enfreindre les règles de politesse d’un pays, ne pas être choqué par des coutumes surprenantes, manger des trucs dont ton estomac ne cauchemardait même pas l’existence… Un atout indéniable dans la vie quotidienne !

Enfin, SI, je suis bien en France, comme l’atteste la partie chauvine du blog à propos du Sud-Ouest et de mes multiples week-ends de ci de là ! Une fois à l’étranger, je repense souvent à tout ce qui me manque dans mon pays : la propreté, la sécurité sociale, la bonne bouffe VARIEE et globalement équilibrée, le pinard, le pain, le fromage, la charcutaille, la diversité de nos paysages incroyables, la langue française si riche, notre culture à l’accès aisé, notre LIBERTE…
Mon cœur est donc bien scindé en deux : j’aime la France mais j’ai besoin de la quitter pour l’aimer encore davantage. Souvent. Et ça fait 10 ans que ça dure…

💻 Pourquoi ce blog ? 💻

L’idée me trottait dans la tête depuis un moment mais c’était un vrai défi. Informatique notamment. Je ne connais rien au domaine binaire et je m’y plonge par petites touches pour améliorer au fil du temps le lieu. (si tu offres tes compétences dans ce domaine, je t’offre un collier de fleurs en plastique en criant ALOHA !)
Je me suis également lancé le défi de montrer qu’on pouvait faire de jolies photos avec un simple compact non expert, à la condition d’entraîner son œil à voir différemment. Je ne sais pas trop si je t’ai convaincu, toi, mais pour moi, ça a marché, et je complexe moins face aux autres voyageurs à gros objectifs !

J’aime écrire depuis toujours et j’ai eu envie de dépasser la sphère personnelle pour me confronter à celle publique. A mes risques et pour rire.

Partager mes voyages et mes lectures a toujours fait partie de ma vie. Inviter d’autres personnes à suivre les bons plans (même si du coup ils seront temporaires), expliquer comment éviter des galères que j’ai pu tester et désapprouver, donner mon avis, j’adore. Je ne comprends pas ces voyageurs qui font baver les autres en expliquant combien leur voyage était fantastique mais sans en expliquer les raisons ni sans présenter le hors cadre, moins enchanteur. Ou mieux qui ne partagent rien du tout hormis un statut facebook : « machin est en voyage à PARADISSECRETTUSAURASRIENMEMESOUSLATORTURE ». Bah oui, tu n’as qu’à y aller, hein ? N-U-L.
Et puis comme je suis une éternelle indécise, je n’ai pas pu me résoudre à choisir entre mes deux passions que sont les livres et les voyages. Comme j’imagine ne pas être la seule à aimer les deux, j’ai décidé de les conserver. Chacun est libre ensuite de zapper les articles qui ne l’intéressent pas… Et je n’ai jamais fouetté personne pour ça ! (Mes pages facebook sont néanmoins séparées pour ne pas spamer de contenus littéraires ceux qui ne font que voyager et lire les guides touristiques !)

N’étant pas quelqu’un de très sérieux au quotidien, je ne le suis pas davantage ici non plus. Comme en plus on dit que la routine est mortelle, choisissons les chemins de traverse en se marrant !
En résumé, dans ce blog il y a : mes partages touristiques et littéraires, des bons plans, des galères, mes doutes, de l’honnêteté, de la subjectivité, des découvertes, des essais, un peu de timidité, des sourires, un Mr Coolture, un nain voyageur de poche… et TOI !!!

Parce que tu es un invité d’honneur chez moi, je t’invite, après t’être essuyé les doigts sur le paillasson de la politesse et du sourire, quand même, à prendre la parole pour me faire part de tes questions, de tes avis, de tes incompréhensions ! Le temps d’un like, le temps d’un commentaire, d’un message privé, d’un pigeon voyageur au régime, c’est comme tu le sens ! J’adore échanger et c’est la fonction première d’un blog en plus, ça tombe bien !

D’ailleurs, si tu veux t’échauffer en me posant d’autres questions auxquelles je n’aurais pas répondu, n’hésite pas, ça se passe juste en-dessous !

 

📖 BIENVENUE CHEZ NOUS ! 🌵

Et puis une autre blogueuse, Sophie, alias Miss Texas, m’a posé d’autres questions. Tu peux les retrouver ici, ainsi que mes réponses !

CADEAU DE LA MAISON ! 🎁

Tu as vu quelques lignes plus haut que je parlais d’un nain voyageur de poche. Soit tu n’as rien calculé (et tu relis pour trouver où j’en parle) soit tu t’es demandé si je ne devenais pas cinglée !
Je ne copie pas Amélie Poulain que pour les présentations. Je la copie aussi pour les bonnes idées !
Comme Pinocchio avait son Jiminy Cricket lors de ses aventures, j’ai adopté la conscience de poche de Mr Coolture qui nous suit partout. Je te présente Trotamundo, notre fil rouge, ou plutôt notre fils au bonnet rouge, que tu peux t’amuser à retrouver dans les articles !