HAUTE-GARONNE : vivre l’expérience du brame du cerf à l’automne

Voilà plusieurs années que nous entendions parler de l’expérience du brame du cerf à l’automne. Bien qu’ayant vécu et grandi tous les deux à la campagne, nous n’y avons pour autant jamais assisté. Nous n’avions jamais vu un cerf bramer et nous n’avions jamais entendu (ou fait le rapprochement avec) le son associé. Est-ce que c’est fort ? Guttural ? Est-ce que le son est bref ou dure dans le temps ? Est-ce que les intonations varient ? Franchement, aucune idée ! Nous n’avons pas triché en regardant les vidéos qui circulent sur internet pour nous laisser, un jour, la surprise totale de le vivre dans la réalité.

Cette année, une envie subite nous a pris d’aller assister à cet événement naturel de nos régions françaises et nous avons commencé à nous renseigner courant septembre, la période du brame ayant déjà commencé. Nous te livrons ici tout ce que nous avons pu apprendre comme informations pratiques concernant les cerfs et leur brame  en Haute-Garonne et en Occitanie.

 

Le comportement des cerfs à l’automne

 

Généralités sur les cerfs

 

Les cerfs ont une longévité moyenne de 13 à 15 ans (jusqu’à 25) et vivent dans les profondeurs des forêts en journée pour sortir dans les prés et clairières une fois l’obscurité installée.
Ils n’ont pas une aussi bonne réputation que Bambi a voulu nous le faire croire toutes ces années. En effet, l’hiver, ils se nourrissent des écorces d’arbres et des jeunes pousses végétales donc les forestiers les considèrent comme des nuisibles…

Tu sais certainement que seul le cerf porte des bois (merci Disney). Ce que tu ne sais peut-être pas, c’est qu’il les perd tous les ans au mois de mars et qu’ils repoussent en 5 mois, d’abord recouverts de duvet, avant d’être complètement fonctionnels pour la période du brame.
Souvent, quand un bois tombe, l’autre tombe peu de temps après donc si tu en trouves un, tu sais qu’il faut chercher dans un rayon de 100m pour trouver le second.
N’espère toutefois pas trop en trouver au sol car ils sont rapidement consommés par les rongeurs qui s’en servent comme d’une réserve de calcium ! C’est fou, la nature est un formidable garde-manger, rien ne se perd !

Ces mêmes bois sont un peu fragiles durant la période de reproduction : comme les cerfs cessent de s’alimenter, ils sont sujets à l’ostéoporose. Mais tout revient à la normale dès que l’alimentation reprend !

Cerfs et biches vivent en communauté mais dans deux clans séparés.

  • Les biches et les petits ensemble dans une société bien organisée avec une hiérarchie marquée. Par exemple, la biche dominante a un rôle de surveillance et d’alerte. Ce troupeau de femelles se nomme une harde.
  • Chez les mâles, c’est le boxon ! Pas de hiérarchie (même s’il y a quand même un dominant) et en cas d’attaque, c’est « chacun pour ses bois » et ils laissent Darwin décider de qui vivra ou mourra !

Bien sûr, ce système de clans est totalement perturbé lors de la période d’accouplement des cerfs…

Ecouter le brame du cerf dans les Pyrénées en Haute-Garonne
©ian froome – Unsplash

 

A quoi sert le brame pour les cerfs et comment se comportent-ils durant cette période ?

 

Durant la période de reproduction au début de l’automne, les mâles deviennent solitaires. Ils se dispersent pour couvrir chacun un territoire qui sera le leur pour la parade nuptiale. Leur but est de retenir le plus de femelles dessus. Une sorte de jeu de ballon-prisonnier en somme !
Un cerf peut avoir une harde de 30 biches !
Le brame du cerf lui sert donc à délimiter son territoire.

Les cerfs les plus vieux sont les premiers à entrer en rut.
Ce sont aussi les premiers à craquer de fatigue : entre le fait d’éloigner les rivaux, de retenir les femelles sur leur territoire et de vivre leur désir,  les pauvrets n’ont plus le temps de se nourrir ! Ils vont donc s’affaiblir et finir par se faire chasser par des cerfs plus jeunes (au taquet, tu penses bien ^^). Qui s’affaibliront à leur tour un peu plus tard. Les plus vieux reviendront alors récupérer leur place après avoir repris leurs forces.

Bon, il faut quand même que tu saches qu’il existe 5 brames différents qui n’ont pas la même finalité. Parmi eux,  on peut bien sûr trouver les brames de séduction mais aussi les brames de triomphe, de défi, de poursuite, de présence. A l’oreille, on perçoit la différence : certains sonnent comme des rots ou des hurlements uniques, alors que d’autres sont longs ou saccadés. Une belle cacophonie dans les forêts, tiens !

 

Le roi de la forêt, ce trouillard !

En cas d’attaque lors de la période de rut, le cerf va défendre ses biches et assurer son rôle de protecteur patriarcal, non ? PAS DU TOUT. Le cerf va se sauver comme un enfant de 3 ans face au monstre du dessous de lit ! Les biches, par contre, restent calment et s’enfuient de manière organisée en respectant la hiérarchie.

 

écouter le brame du cerf dans les Pyrénées de Haute-Garonne
©stag-red-deer – Unsplash

 

Quelle est la période du brame ?

 

Le brame du cerf s’observe et s’écoute à l’automne, aux mois de septembre et octobre.
Pour avoir le plus de chance de le voir et de l’entendre, il faut privilégier l’aurore et la tombée de la nuit. Même si à l’apogée du rut, le cerf brame jour et nuit, pour la plus grande joie des habitants des chalets voisins ! ^^

 

Où et quand assister au brame du cerf dans les Pyrénées de Haute-Garonne ?

 

Où et comment observer le brame du cerf en Haute-Garonne ? Avec qui ?

 

Il faut savoir que l’observation et l’écoute du brame du cerf possède « ses coins » qui sont des valeurs sûres. MAIS. Au même titre que les coins à champignons, ça ne se révèle pas à n’importe qui, n’importe comment.
Les forêts se transmettent dans le creux de l’oreille des personnes patientes et aimant profondément la nature. Les autres devront soit chercher par leurs propres moyens au petit bonheur la chance soit… ouvrir Youtube pour avoir une idée de quoi il retourne sans trop se briser la moelle. Soit payer un guide.

De notre côté, nous aimons profondément la nature (on fait des câlins aux arbres, surtout ceux qui ressemblent à Grand-Mère Feuillage ^^) mais nous ne sommes pas toujours patients, surtout Corinne (c’est physiologique^^). Nous n’avons pas non plus trouvé d’indic’ suffisamment calé sur une localisation géographique précise. Mais nous avons tout de même noté sérieusement les suggestions et nous avons complété le tout par quelques recherches personnelles !

AVEC LA LPO, ASSOCIATION GRATUITE
La LPO, c’est la Ligue pour la Protection des Oiseaux. Pas grand chose à voir avec la choucroute à priori. Et pourtant, fervents militants de la connaissance et de la préservation de la biodiversité, équipés d’un matériel d’observation bien pointu, ils proposent une sortie par an en Haute-Garonne pour aller observer et écouter le brame du cerf.
C’est la solution que nous avons choisie car la sortie avait lieu le week-end suivant (le timing parfait) et elle était gratuite, avec un animateur pour nous apporter ses connaissances.
Il faut surveiller la date de la sortie qui a lieu fin septembre sur le compte Facebook (donné juste en-dessous) puis s’inscrire à l’adresse suivante : haute-garonne@lpo.fr.

Le compte Facebook de la LPO de Haute-Garonne
Le site internet national de la LPO

AVEC DES GUIDES PRIVÉS
Nous n’avons pas testé cette option mais lors de nos recherches, deux guides ont retenu notre attention :
– Michel de Pyrénées-Oc dans le secteur Aspet – Cagire : 20€/personne pour une sortie de plusieurs heures à dates fixes ;
– Marc de Pyrénées-Exploration en Comminges : 30€/personne (tarif indicatif) pour une sortie de plusieurs heures à dates fixes mais aussi à d’autres dates selon les disponibilités.

Il est également à noter que le Comité Départemental du Tourisme de Haute-Garonne peut réserver pour toi un guide dans le secteur du Mourtis dans les Pyrénées pour un tarif de 23€/personne. Il suffit de les contacter pour obtenir davantage d’informations à propos de cette activité incontournable à l’automne dans notre département.

AILLEURS EN OCCITANIE
Nous avons trouvé une agence de voyages, Sud France, qui propose une sortie accompagnée d’un guide :
– en Ariège dans le Parc Naturel Régional des Pyrénées Ariégeoises, de septembre à octobre. Le séjour est de 2 jours et une nuit, incluant un repas de terroir et une nuit en roulotte de charme au tarif indicatif de 101€ pour 2 personnes.
Honnêtement, si on n’avait pas trouvé in-extremis la sortie avec la LPO, on aurait choisi cette option !

Pour ce qui suit, il s’agit du fruit de nos recherches dans notre cercle de connaissances, essentiellement. Les indications ne sont malheureusement pas très précises et il faudra certainement investiguer finement une fois sur place, mon cher Sherlock !
– En Aveyron : sur le plateau de l’Aubrac, très réputé pour le cri du cerf, pépouze avec un petit aligot dans un tupp’ !
– Dans les Pyrénées-Orientales : au lac des Bouillouses.

 

Où et quand assister au brame du cerf dans les Pyrénées de Haute-Garonne ?

 

Notre expérience du brame du cerf dans les Pyrénées

 

Nous avons retrouvé Gwenaël, notre animateur pour la sortie de l’association LPO sur le parking d’un village des Pyrénées. Nous étions une vingtaine de personnes, certains mieux équipés que d’autres au niveau du matériel d’observation.

Nous avons commencé par observer quelques oiseaux endémiques en attendant que le jour décline puisque les cervidés se montrent surtout une fois l’obscurité installée ou en cours d’installation. Ça nous a permis également de nous familiariser avec l’utilisation des jumelles (Corinne avait un peu oublié quelques manipulations de base). C’est quand même pratique de faire une sortie avec une association ornithologique !!

Où écouter le brame du cerf dans les Pyrénées ?
Le terrain de jeu de nombreux cervidés ce soir-là !

 

Informations pratiques et connaissances sur les cerfs

 

Gwenaël nous rassemble alors pour nous apporter quelques connaissances culturelles importantes à propos des animaux majestueux des bois.
En premier lieu, il nous fait écouter l’enregistrement du cri d’amour de notre bestiau du jour. Nous avions fait exprès de ne pas l’écouter à l’avance pour nous laisser cette surprise le jour J. Eh ben, on n’a pas été déçus ! Ça ne ressemblait en rien à ce que l’on avait pu imaginer ! Imagine un mix entre le grognement que tu pousses le vendredi matin quand le réveil sonne à 6h du mat’ et le cri d’un ours. Chelou, non ? Ben voilà, c’est à peu près ça le brame du cerf !!
Tu veux te rendre compte par toi-même si cette description sonore n’est pas passée par Marseille niveau exagération ? Écoute plutôt ce son du brame :

 

Il nous explique ensuite tout ce que l’on doit savoir concernant les bois du cerf. On n’imaginait vraiment pas que tout ça était si complexe. Il nous en fait observer et soupeser. On comprend mieux pourquoi leur cou semble si épais : ça muscle d’avoir autant de poids sur la tête ! En regardant d’un peu plus près, on remarque des nervures, comme sur le vrai bois des troncs d’arbres. Gwenaël nous explique qu’il s’agit des veines qui irriguent les bois de l’animal.
(si tu es perdu entre les divers homonymes du mot « bois », nous déclinons toute responsabilité…)

 

Le point coolture WTF !

Savais-tu que les biches ne sont fécondables qu’un seul jour par an (voire moins) ? Il ne faut donc pas que notre fier cervidé rate son coup car il n’y a pas de repêche possible !

 

Avec qui aller écouter le brame du cerf dans les Pyrénées ?

 

Familiarisation en direct entre stupeur et émerveillement…

 

Ensuite nous avons pris la voiture pour nous rapprocher de notre but : le lieu du brame ! Nous montons de quelques centaines de mètres au même rythme que nous perdons quelques degrés. On sent que cette sortie va se mériter et qu’on aurait dû sortir l’attirail textile hivernal au grand complet !

Nous sommes quelque part dans le secteur de Saint-Béat et de la station du Mourtis.
Flo ouvre la portière. On entend les cloches des vaches. Ces fourbes mugissent encore sévèrement à cette heure avancée, c’est fou. Et puis on tend un peu mieux l’oreille, on se regarde d’un œil à la pupille en forme de point d’interrogation. Il est bizarre ce mugissement, non ?
Clairement, oui. Au bout du troisième, on en est certains : on entend nos premiers cerfs !
D’ailleurs à écouter plus attentivement avec la mâchoire pendante, ça ressemble vachement à un ours qui a le hoquet par moments aussi !
On ne tient plus en place, on veut voir les animaux ! Vite le zoom, les jumelles et dès que le télescope de la LPO est en place, on se jette dessus !
Incroyable, on peut apercevoir deux cerfs avec leurs biches respectives dans des prairies proches. Majestueux Bambi.
Gwenaël souligne que nous avons une sacrée chance : il arrive fréquemment qu’on ne voie pas les cervidés au cours de ces sorties.

Petite pointe de déception quand on comprend qu’on ne s’approchera pas davantage des animaux de la forêt. Il aurait fallu arriver bien plus tôt, bien avant la tombée de la nuit pour pouvoir se mettre en planque, en étant vigilants au sens du vent.

observer le rut et l'accouplement du cerf dans les Pyrénées
Il faisait quasiment nuit, il a fallu pousser les ISO à fond et donc nous n’avons pas pu zoomer davantage. On aperçoit ici un cerf et ses biches, en plissant les yeux façon test optique.

Et malheureusement, il faudra nous croire sur parole pour cette observation lointaine car même le téléobjectif de Flo n’était pas assez performant avec cette luminosité basse pour faire aussi bien que nos pupilles et te donner un résultat net.
On en profite alors pour photographier les montagnes environnantes aux dernières lueurs du jour avec des traces d’avion pour maquillage éphémère…
Le cadre est comme l’ambiance sonore : féerique !

expérience du brame du cerf dans les Pyrénées de Haute-Garonne

 

Retieeeeens la nuiiiiiit…

Le froid tombe et le brame s’intensifie. Ce ne sont plus seulement deux cerfs que l’on entend mais quatre. Lumières éteintes, il fait aussi noir que dans un four jamais nettoyé. Nous n’avons pas d’autres choix que de nous concentrer sur notre ouïe. C’est destabilisant comme expérience !
La sensation est incroyable. On ressent l’immensité des espaces de montagnes par les sons qui sont amplifiés, comme s’ils rebondissaient plusieurs fois avant de monter chatouiller les étoiles.
On décontracte bien la plante des pieds avant de l’étaler au sol et on se concentre sur le moment présent. On s’amuse à reconnaître les bruits entendus : le cerf ; une chouette ou un hibou ; un truc qui vole en caquetant ; une branche qui craque ; le cerf encore ; tiens, le hibouchouette repasse ; le voisin inconnu qui se sent dans l’obligation de tout commenter ; le second cerf ; le voisin qui pète. D’ailleurs, il repète (ou il répète, dans ce cas, l’accent différent revient au même). Pour être sûr.
Ça casse net le délire. Il faudra un temps certain pour arriver à se concentrer à nouveau.

Quelle est la période du brame du cerf dans les Pyrénées de Haute-Garonne ?

guide pour écouter le brame du cerf dans les Pyrénées

 

Flo fait des photos d’étoiles sur la future BO 2020 des magasins Nature et Découvertes ! On pourrait l’appeler « Forrest’harmony ». Le terrain de jeu est parfait pour s’entraîner sans pollution lumineuse. Il assassine une carte SD en plusieurs essais de quelques minutes.
Le froid se fait à présent vraiment mordant et il s’attaque aux extrêmités de tous nos doigts. Il est presque 22h. On n’a pas vu le temps passer. D’ailleurs on a oublié de manger nos pique-niques !
On remballe le matériel et on retourne au parking avec une petite marche sous des milliers d’étoiles et des cris d’amour qui résonnent.

 

Avec qui écouter le brame du cerf en Haute-Garonne ?

 

Une fois dans la voiture et sur le chemin du retour, on pense l’expérience de l’écoute du brame du cerf terminée et déjà de l’ordre du souvenir.
Eh bien pas tout à fait. Dame Nature nous fait un dernier cadeau en manquant de nous défoncer la voiture ! Une harde de biches nous passe juste derrière, à 2 cm du pare-choc !
Cinq minutes plus tard, rebelote, sur le bas-côté, voilà un joli duo, un cerf et sa biche, qui nous observe comme un couple pris la main dans le sac. On ne les dérangera pas plus et on continuera tranquillement notre route. On a déjà été très gâtés ce soir. Il ne faut pas être trop gourmands de bonnes choses mais plutôt savoir  apprécier celles que l’on a déjà.

 

Où et quand assister au brame du cerf dans les Pyrénées de Haute-Garonne ?

Pour conclure sur cette expérience du brame du cerf dans les Pyrénées de Haute-Garonne

 

On recommande totalement cette sortie au cœur de nos montagnes pyrénéennes !
On ne s’imagine pas du tout combien l’expérience est forte, surtout quand c’est la première, dans un tel décor. Le cerf en rut, c’est quelque chose, tant à observer qu’à écouter ! Tout est impressionnant, majestueux et quelque part, apaisant.
On ne sait pas comment les habitants vivent ça avec la force de l’habitude mais pour nous, comme ça reste de l’ordre de l’insolite, nous n’en perdons pas une miette.
Nous rentrons ravis d’en avoir appris davantage sur la vie des biches et des cerfs, notamment pendant les périodes de rut et d’accouplement.

 

Tu souhaites assister comme nous au brame du cerf à l’automne dans les Pyrénées de Haute-Garonne ? Garde cet article bien au chaud sur Pinterest

 

Vos petits mots

  • Merci pour votre article. Un régal à lire et les souvenirs de cette magnifique soirée qui reviennent.
    C’était une de nos plus belles soirées, vous avez été chanceux 😉
    Au plaisir de vous revoir sur une de nos sorties.

    • Merci à vous surtout pour les connaissances apportées, ainsi que pour le prêt de matériel afin d’observer dans les meilleures conditions possibles. 🙂
      Nous savourons pleinement notre chance de débutants ! 😉
      Nous suivons vos actualités pour, pourquoi pas, expérimenter une autre sortie !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.