Le royaume de la rivière – Katherine Paterson

Chronique et avis lecture sur le roman jeunesse Le royaume de la rivière

Le royaume de la rivière fait partie de ces TRÈS rares titres de livres que j’ai relus. C’est un roman que j’ai découvert à la bibliothèque de mon village vers 11 ans et je me souviens encore de l’endroit où il se situait sur les étagères ! C’est assez dingue mais aussi plutôt révélateur de combien il m’a marquée.
Cela faisait donc plusieurs années que je le cherchais d’occasion, avec la même couverture que dans mon souvenir, en vain. Jusqu’à ce que je découvre l’excellent site Recyclivre (que je recommande vivement pour ses valeurs écologiques et solidaires et son rapport qualité-prix) et avec lui, « mon » livre ! Ni une, ni deux, petite merveille, te voilà enfin sur mes étagères à moi !

Mais la question qui se pose maintenant est « vais-je être toujours émue par cette lecture 20 ans plus tard ? »

 

Avis lecteur sur le roman jeunesse Le Royaume de la rivière

 

De quoi parle Le royaume de la rivière ?

Jess court.
Pour devenir le meilleur de l’école, il s’entraîne sans relâche dans le pré familial. Mais quand arrive le jour de la course décisive, il est battu par une fille !
C’est pour Jess une terrible déception mais aussi la naissance d’une amitié inattendue et la découverte d’un royaume magique Térabithia.

 

Mon avis sur Le royaume de la rivière

Tu as peut-être entendu parler du roman de Katherine Paterson sans le savoir. En effet, un film adapté du roman est sorti en 2007 sous le nom de Le secret de Terabithia. Je ne l’ai pas vu au-delà de sa bande-annonce mais, si l’histoire de base semble la même, le réalisateur des mondes de Narnia s’est légèrement emballé par rapport à l’original ! Je te conseille de commencer par le livre avant de voir le film, surtout si tu cherches plus le spectaculaire que les émotions vraies (mais simples) car en faisant l’inverse, j’ai peur que le livre te paraisse sans saveur.

Le récit commence tout doucement en présentant Jesse et son environnement familial, un peu isolé au milieu des cinq femmes de la famille. On comprend alors mieux son désir d’être le meilleur à la course pour enfin jouir d’une mise en lumière qui lui fait défaut. L’arrivée de Leslie dans son école et dans sa vie va tout bousculer. Enfant différente mais passionnante, elle va dépoussiérer les préjugés du petit garçon et lui permettre de se confronter à l’une des problématiques les plus importantes de l’adolescence : « tous pareils mais tous différents ». Il va devoir faire un choix : seul et fondu dans la masse ou alors bien accompagné mais pointé du doigt ? Pas facile d’être le meilleur ami d’une fille à 11 ans mais l’amitié, c’est le ciment de la jeunesse…

Naturellement va découler un autre des classiques de l’adolescence : le harcèlement. Comment s’en défendre quand on est victime ? J’ai trouvé la manière d’aborder ce sujet difficile intelligente en privilégiant le dialogue et en comprenant qu’un enfant harceleur est aussi bien souvent un enfant en souffrance.

J’ai été emportée par les jeux imaginaires des deux enfants. Je me suis souvenue des miens, me replongeant 30 ans en arrière, dans ce temps que les moins de 20 ans ne peuvent pas connaître. Ce temps sans écran où l’on se créait nous-mêmes nos jeux sans nécessité d’un programmateur et d’un développeur. Que c’était bien. J’ai parfois tendance à l’oublier. On oublie vite les habitudes, même les bonnes, en fait.

Je vais éviter de spoiler mais la fin est surprenante, magnifique. On ne s’attend pas du tout à ça. Même moi qui pourtant connaissais déjà l’histoire !! Je me suis faite avoir une nouvelle fois !

Est-ce que les enfants d’aujourd’hui trouveront toujours un intérêt à cette lecture ? Question légitime quand on sait que Le royaume de la rivière date de… 1977 !
La réponse est oui. Les thèmes abordés dans ce roman sont intemporels et concernent des générations entières, la dernière comprise. Et puis ça sera l’occasion d’initier le dialogue avec eux concernant l’enfance et les jeux de leurs parents (nous) !

 

Au final ? La magie opère-t-elle toujours ?

Clairement oui, si j’en crois la boule dans la gorge et les larmes aux yeux en refermant le roman. Si j’ai cru que ça ne serait pas le cas jusqu’aux trois-quarts de l’ouvrage, la fin a balayé cette impression d’un revers de mouchoir. Il est simple ce récit. Une histoire d’amitié entre une fille et un garçon comme il en existe des milliers dans le monde. Et pourtant… Et pourtant.
C’est peut-être ça qui nous aide à y entrer pleinement dedans par l’identification aux personnages. La porte est alors ouverte pour se prendre toutes les émotions en pleine poire.
De 10 à 80 ans, tu peux y aller et prendre un shoot revival d’une enfance sans écran !

 

Ma note : 18 / 20

 

Clique ici pour acheter « Le royaume de la rivière » !

Tags from the story
,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.