Un film sur l’autisme : LE PHARE AUX ORQUES (2017) – Gerardo Olivares

Le phare aux orques film autisme

Pour ne pas changer, c’est grâce à Netflix que j’ai découvert Le phare aux orques. J’y suis tombée dessus par hasard et le résumé me donnait la quasi certitude de me retrouver face à un film original et touchant. Et je n’ai pas été déçue !!!

Le phare aux orques affiche et avis

De quoi parle Le phare aux orques ?

Une mère madrilène emmène son fils autiste jusqu’en Patagonie dans l’espoir qu’un ranger et un groupe d’orques sauvages pourront l’aider à établir une connexion émotionnelle, les orques étant sa grande passion.

Le phare aux orques magnifique film émouvant

Mon avis sur Le phare aux orques ?

Les paysages de Patagonie sont présentés dans la puissance et la grandeur qui leur sont propres. Les plans leur rendent parfaitement hommage. Même si le réalisateur a un peu triché dans la 3ème et dernière partie en tournant des scènes à Fuerteventura ! La BO du film complète l’ensemble pour nous donner presque une qualité visuelle de documentaire. C’en est bluffant ! D’ailleurs, il est presque question d’un documentaire puisque ce film est adapté d’une histoire vraie dont tu pourras découvrir les images d’archives à la fin du visionnage. Je n’étais pas au courant avant de regarder mais ça ne fait que renforcer mon ressenti face à cette histoire.

Le phare aux orques chronique de film

Beto, le ranger, est le personnage qui porte ce film. J’ai rarement vu un tel charisme chez un personnage et son acteur, Joaquin Furriel, a le rôle chevillé à l’âme. On ne peut qu’être scotché par son regard tellement expressif et intense, ainsi que par son amour pour les orques, surtout une, Shaka, avec laquelle il entretient une relation toute particulière. Le film t’expliquera en quoi.

Tristan, l’enfant autiste (qui dans la vraie vie ne l’est pas du tout), est une fleur qui s’ouvre au fil des minutes sous le miracle de la nature et l’innocence de l’enfance, souvent ressentie par de nombreux animaux. Visiblement, ça marche aussi avec les orques, qui pourtant peuvent se montrer très agressives !
J’ai été moins convaincue par la mère, Lola, dont j’ai pu trouver par moment l’attitude agaçante et les agissements exagérés. Ou alors est-ce l’actrice qui n’a pas réussi à m’emporter dans ses émotions ? Néanmoins, j’ai trouvé qu’elle rendait bien les inquiétudes d’une mère pour sa progéniture atteinte d’un handicap et cette sensation d’être perdue face à tous les choix de la vie dans sa volonté de tout gérer au mieux.

Mon seul point négatif sera celui de terminer sur une non-fin. Et je n’en dirai pas davantage !!

Le phare aux orques film Argentine Patagonie

Au final ?

Le phare aux orques est un film qui nourrit l’âme. On respire presque l’odeur iodée de l’appel du large à travers l’écran. On s’émeut face à cet enfant autiste qui prend peu à peu conscience du monde qui l’entoure grâce à un animal et grâce à un homme qui donnera tout ce qu’il peut pour lui venir en aide. On a le palpitant qui chante quand les cœurs de deux êtres humains à la dérive se rencontrent et se bouleversent mutuellement. Si tu recherches un film qui fait du bien avec plein de bons sentiments et de nobles causes, sans prétention, il faut que tu visionnes celui-ci d’urgence !

Ma note : 17 / 20

Le phare aux orques film sur la nature

Tu rêves de partir en Patagonie et de voir des orques mais pour le moment ce n’est que virtuel ? Épingle cet article sur Pinterest !

Le phare aux orques film argentin touchant pour voyageurs

Tags from the story
, , ,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.