Rêves de trappeur – Rock et Kathryn Boivin

Rêves-de-trappeur-boivin-XO-editions-avis

Ce roman biographique nous a été proposé en service de presse par XO Editions qui a bien ciblé notre bibliographie du voyageur ! Corinne ayant déjà d’autres lectures en cours, c’est Flo qui s’y est collé ! Voyons maintenant ce qu’il a pensé de ces rêves de trappeur…

critique-Rêves-de-trappeur-boivin- livre-pour-voyageurs

De quoi parle Rêves de trappeur ?

 » Je m’en fiche de gagner de l’argent, de faire carrière… Je veux connaître le grand frisson dans l’immensité des glaces, je veux vivre comme un trappeur, de chasse et de pêche, courir sur les pistes, naviguer sur les rivières et me sentir en accord avec la nature. Et ce que je recherche avant tout, c’est la vérité des gens. Dans le grand froid, par moins quarante, qu’on soit riche, pauvre, indien, noir ou vert, on est tous sur un pied d’égalité. « 

Ce jeune homme assoiffé d’aventure, c’est Rock, un Québécois fort en gueule et grand admirateur de Davy Crockett. À dix-huit ans, il lâche tout, ses études, son confort, et part dans le Yukon, sur les traces des pionniers et des chercheurs d’or si chers à Jack London.

Au début des années quatre-vingt, sa route croise celle de Kathryn, une Calamity Jane qui tient tête à tous les machos qui l’entourent. Elle a quitté la Colombie-Britannique pour venir travailler sur des engins gigantesques dans une mine d’or. La rencontre de deux personnalités hors du commun. Follement amoureux et portés par les mêmes rêves, la même quête d’absolu et de liberté, Kathryn et Rock répondent à l’appel de la forêt et décident de vivre au cœur du  » bush « , dans le Grand Nord canadien, selon la tradition des  » coureurs des bois « .

L’incroyable histoire des derniers trappeurs du Grand Nord canadien.Une leçon d’humilité et d’harmonie avec la nature.

Mon avis sur Rêves de trappeur ?

Ce récit est une ode aux grands espaces. On ne peut qu’admirer l’harmonie dans laquelle les narrateurs vivent voire même survivent dans les hivers nord-canadiens. Une harmonie avec le monde sauvage où le respect prime. L’homme est tout petit dans cette immensité et il doit faire preuve d’une certaine humilité parfois même d’un peu de folie.

Pour ces personnes qui ont quitté leur confortable vie citadine, la réussite n’est absolument pas basée sur l’argent ou la carrière. Leur vie, ils veulent en faire des expériences, ils veulent vivre avec la nature. Des rêves de vie en solitaires (ou presque, car le bush n’est pas si vide que cela) et surtout loin de la première bourgade ! Des rêves de Davy Crockett !

Autant dire qu’il faut savoir tout faire et se débrouiller dans toutes les situations !

J’ai aimé le style d’écriture de ce récit. Il est prenant et on a parfois du mal à poser le livre. Mais il était aussi aisé de reprendre la lecture à la moindre occasion comme les transports pour aller au travail.

La lecture est agréable car le roman ne présente pas de description à rallonge, ce à quoi on pourrait s’attendre dans les paysages du grand nord canadien. Ouf ! Ce n’est pas vraiment ma tasse de thé ! Le style est frais (eh eh) et léger, accessible à tous !

J’ai aimé l’alternance de narrateurs pour raconter les périodes de leur vie : tantôt les mêmes, tantôt des différentes. Le récit n’est donc jamais monotone grâce à leurs sensibilités et leurs caractères différents. En tant qu’homme, j’ai tout de même été plus attiré par le témoignage masculin, forcément !

Je suis bien rentré dans l’histoire, j’ai eu l’impression d’être avec ce couple et d’évoluer dans ce Yukon rempli de découvertes avec un décor incomparable, d’expérimenter les rigueurs du froid mordant.

Au final ?

Cette lecture est idéale lorsque le froid t’engourdit les membres. Quand tu subis la température légèrement positive que tu juges glaciale, toi petit Français, tu relativises en lisant les détails gelés par -40°C dans le grand nord-canadien.

Le livre offre en plus quelques photos qui permettent d’allier réalité et imaginaire sur les conditions de vie de nos héros.

Attention, pour ceux qui rêveraient de grands espaces et de rupture avec notre vie citadine, il est préférable de ne pas partir sans rien comme notre couple d’aventuriers !

Ma note : 17 / 20

Nous remercions XO Editions pour leur confiance !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.