HAUTE-GARONNE : Le Mourtis, station de ski familiale dans les Pyrénées

que-faire-station-mourtis-haute-garonne

Le Mourtis, c’est une des stations de sports d’hiver de l’enfance de Corinne. C’est là où elle s’est collé de la neige sur les dents pour la première fois en luge sur la piste dédiée à ce « sport ». Mais c’est vrai qu’à part la luge vert fluo et cet épisode fâcheux, elle n’en garde que peu de souvenirs finalement !

Nos karmas d’adultes sont sceptiques face à l’idée d’y (re)mettre les pieds car il faut bien dire que la station ne jouit pas d’une réputation de 10/10 dans le magazine lifestyle de l’influenceur du snowboard : la station est basse (1350 m à 1850 d’altitude) donc la neige peut se faire aussi rare qu’un cheveu sur le crâne de Barthez, il y a peu de pistes (19 exactement avec 10 remontées mécaniques et un télésiège) donc avec un bon niveau on a vite fait le tour…

Au final, on est très contents que le Comité Départemental du Tourisme de Haute-Garonne nous ait emmenés là-bas par surprise car on a encore défoncé le nez de nos préjugés ! Ça pissait le sang de l’erreur de jugement d’ailleurs !

Enfonce-toi le bonnet jusqu’aux sourcils et viens « courir dans le paraaaadiiiis blaaaaanc » avec nous !

localisation-station-sports-hiver-mourtis-haute-garonne

Quelles activités pour occuper son temps au Mourtis ?

Petite station tranquille et familiale, ce n’est pas ici que la battle bling-bling aura lieu. Tant mieux. On raisonne un peu comme des vieux couillons arriérés maintenant mais on assume !

Par contre, on a été complètement et immédiatement séduits par le cadre : des pistes toutes blanches et assez larges au milieu de dizaines et de dizaines de sapins ! Ouahou on adore les sapins ! C’est beau ! Et puis c’est utile en cas d’arrêt d’urgence ! Vous êtes sûrs qu’on est encore en Haute-Garonne et dans le Comminges là ?

joie-randonnée-raquettes-mourtis-haute-garonne

Le ski à la station du Mourtis

Bon, ça paraît plutôt évident, ça, non ? A la station de ski du Mourtis, on te rassure, rien d’anormal, tu peux bien skier et louer ton matériel comme partout ailleurs ! 23km de pistes pour tous les niveaux t’attendent. Et pour plus de précisions :

  • 19 Pistes : 4 vertes, 5 bleues, 7 rouges et 3 noires.
  • 10 remontées Mécaniques : 1 télésiège, 8 téléskis et 1 tapis de remontée.
  • 3 espaces dédiés : 1 espace ludique, 1 stade d’airboard, 1 piste de luge.
  • 2 écoles de ski

Le gros avantage de cette station, on ne va pas te le cacher, c’est le prix de son forfait (26€ la journée adulte) ! Moitié moins cher que pas mal d’autres dans les Pyrénées, elle permet au plus grand nombre d’accéder aux sports de glisse hivernaux. Notamment aux skieurs débutants, ou moyens/occasionnels, comme c’est le cas pour nous, Flo et Corinne.

Tu peux acheter ton forfait ski en contremarque sur le site de Haute-Garonne Tourisme pour 22€. Tu peux aussi les acheter dans certains offices de tourisme comme celui du Lauragais, nous semble-t-il…

Mais cette fois, nous n’étions pas venus pour glisser sur deux fines planches. Nous étions là pour tester toutes les autres possibilités plus originales les unes que les autres ! C’est simple, on n’en connaissait aucune avant qu’on nous les présente… en nous mettant devant le fait accompli, sur la piste !! Voilà voilà…

Pratiquer le yooner au Mourtis

Le quoiiiiiii ? Même le traducteur anglais ne trouve pas de quoi il est question ! Corinne lance à peine sa recherche Google qu’on nous met sous la moufle un engin en plastique des plus étranges ! Une sorte de crossing-over entre une luge sur selle et un monoski ! On flaire d’avance que le quota de gamelles va être équivalent à la montée/descente des marches au Festival de Cannes ! C’est que ça n’est pas franchement stable ce truc, tu vois ?

Bon, allez, on va quand même partir tester. On se sangle l’objet autour de la taille et on se balade avec un gros engin entre les jambes (pardon pardon, je ne pouvais pas ne pas la faire celle-là !)… On prend le télésiège cash pistache.
On admire au passage pour la première fois la station vue d’en haut. Il fait un froid de gueux constipé mais qu’est-ce que c’est beau et calme ! Il neige, les températures flirtent avec le négatif, ça semble avoir freiné les ardeurs de quelques « riders de peuf » !

En arrivant au terminus, on se rend compte que nous allons avoir les pistes quasiment que pour nous ! Tant mieux parce qu’on regarde ces yooners dans le blanc des carres ! Comment enfourche-t-on la bête ? Où met-on les pieds ?

pratiquer-yooner-debutant-mourtis

Voilà.
Maintenant il suffit de te laisser glisser en tentant de trouver ton équilibre. Après 2/3 gamelles d’introduction. Absolument pas douloureuses, on est quasiment à ras du sol !
Ensuite il te faut ajuster ta vitesse de croisière. La nôtre c’était à peu près celle accompagnée du cri de guerre banzaïïïïïï !!! Il faut dire qu’on n’a pas trop compris comment faire des virages sans se prendre une boîte de l’espace ! Autant aller tout droit dans ces cas-là !

test-yooner-mourtis-haute-garonne
Aurélie et Nico dévalent la piste ! / ©Camille Daulon

On arrive en bas des pistes aussi vite que les skieurs avec un sourire qui s’enroule jusqu’à l’arrière des oreilles ! C’était troooooop bieeeeeen ! On recommence, dites, on recommence ? On va s’éclater, on a compris en gros comment maîtriser l’engin là ! On ne sent même plus le froid sur le nez. (On ne sent plus le nez tout court d’ailleurs.)
Malheureusement, on ne peut pas retenter un exploit sur le yooner. Le timing est serré. Le cœur de Corinne l’est un peu aussi. Elle a adoré cette activité !

Notre conseil : Tu vas être trempé de tout le  bas du corps, comme en snow. Il faut donc bien t’équiper. Avec deux paires de chaussettes, on reste bien au sec, nos orteils continuent de remuer dans les après-skis toute la journée sans couiner. Pense aussi à mettre des guêtres ou à mettre des pantalons de ski/snow qui ont les guêtres intégrées. C’est un excellent investissement pour ne pas grelotter de froid à la fin de la première descente.

activite-coup-coeur-yooner-mourtis-haute-garonne

Notre avis
Flo : ✭✭✭            Corinne : ✭✭✭
Le reste du groupe : unanime, on a tous adoré cette activité !
INFORMATIONS PRATIQUES POUR PRATIQUER LE YOONER AU MOURTIS
Nous avons testé cette activité avec Nathanaël Roussel de « Va Nu Pieds »
Site internet
Tarif de location à la demi-journée : 9 € et à la journée : 13 €
Location en face du départ du télésiège « Tuc de l’Etang »

Essayer l’airboard au Mourtis, c’est l’adopter !

On change de casque-petit-pois et on nous donne une « pipas » géante à chacun d’environ 3 kg. Et puis, hop, direction les pistes, ou plutôt celle réservée à l’airboard, appelée « le stade ». Il serait assez fortuit de jouer à un jeu de quilles géant en dégommant les skieurs sur la piste normale !

experience-airboard-mourtis-haute-garonne
Philippe, notre moniteur, nous explique les règles essentielles pour manier cette luge gonflable venue de Suisse : l’arrêt d’urgence (sachant que pour Corinne, l’arrêt sera d’urgence en permanence, le schuss tout droit ne laissant pas d’autre option), la technique pour virer de bord, et…. voilà. Il a à peine fini qu’il se jette ventre à terre sur sa planche gonflable et en 3 secondes, il est déjà en bas de la piste.
On se regarde tous en chiens de faïence avec le regard du bovin qui va à l’abattoir.
Comme en cours de sport au collège, personne ne veut passer en premier. Il faut dire que dévaler une pente la tête la première, c’est quand même assez impressionnant… Jusqu’à ce que que Véro, la doyenne et la plus casse-cou du groupe, se jette en mode YOLOOOOOOO ! Puis c’est parti en file indienne. Même si on n’a pas son 1er flocon d’école de ski, on se rattrape avec les centaines de flocons dans la bouche à l’issue de ce baptême !
On ne sait pas trop si on est contents ou totalement flippés. Ça dévale grave cet engin quand même ! Et ce n’est pas Loïc qui termine dans les filets qui dira le contraire !

descente-activité-airboard-mourtis-haute-garonne
Illustration pour ma 1ère descente de ce qu’il ne faut pas faire : se cabrer et laisser traîner les jambes ! (mais je ne pouvais pas crier sinon avec la tête dans l’airboard)

Pas le temps de réfléchir, Philippe nous juge suffisamment doués pour nous coller le fessier sur un tire-fesse. Que l’on prend avec l’airboard bien sûr ! La technique ? Se mettre à genoux dessus, le tenir d’une main et de l’autre le tire-fesse, prier/chanter/contracter tous les muscles qui font disparaître les restes de raclette de la veille. Ensuite, ça passe ou ça ne passera jamais ! Pour nous, c’est passé !

On progresse tellement vite qu’ensuite on est promus au télésiège et aux pistes vertes et bleues lors de la dernière montée à 16h45 ! Bon, là ça ne rigole plus. Si on rebondit trop ou qu’on se vautre sur un virage, il y a un petit ravin pas sympathique du tout sur la droite du couloir bien étroit. Déjà qu’à ski je n’aime pas ça, en airboard c’est trop pour moi. Marcher c’est du sport de glisse aussi à cette altitude, non ? Le couloir passé, je reprends en main la bête et je m’éclate en continuant mon régime alimentaire à base d’eau solidifiée… (note pour toi : rire ou rider, il faut choisir !)

mourtis-test-airboard-haute-garonne
Passage obligé du débutant par les sapinettes à m’en donné ! / ©Camille Daulon

 

Notre avis
Flo : ✭✭✭  (coup de cœur)           Corinne : ✭✭✭
Le reste du groupe : quasi unanime, la majorité s’est éclatée mais il y a eu davantage d’adrénaline libérée qu’avec le yooner (même si l’on ne risque rien en cas de chute en étant au ras du sol).
INFORMATIONS PRATIQUES POUR PRATIQUER L'AIRBOARD AU MOURTIS
Nous avons testé cette activité avec Philippe Legrand de « Pyrénées Liberté »
Site internet
Tarif : 15 € / personne avec casque et airboard fourni pour environ 2h de pratique avec moniteur.
Les enfants peuvent pratiquer avec des airboards adaptés à leur taille.
Tous les âges peuvent s’initier à cette pratique et il n’y a aucun besoin d’un bon équilibre vertical comme pour les autres sports de glisse.

Le fatbike ou le vélo des neiges pour dévaler les pentes du Mourtis

Le fatbike, ce vélo aux roues énormes avec des crampons et au freinage à disques hydrauliques, notre moitié de groupe ne le découvre qu’une fois en haut des pistes, sans entraînement préalable sur du plat. Nous faisions la première moitié de la descente en airboard alors que l’autre moitié la réalisait en fatbike (après avoir pris le télésiège avec son vélo, oui oui).
Nous réalisons notre part du contrat de descente comme des fusées, en nous accordant même le luxe de pauses photos dans ce cadre exceptionnel. On n’a jamais vu ça. Nous admirons un des plus beaux couchers de soleil de notre vie sur les montagnes enneigées depuis le haut des pistes désertées puisqu’elles sont fermées. On se sent vraiment privilégiés, comme ceux qui pratiqueront ces activités après nous, et ceux qui les ont pratiquées par le passé.
Même le ciel boxe dans notre équipe puisqu’il a décidé de se déboucher à ce moment-là !

Mourtis-pratiquer-fatbike-haute-garonne

pratiquer-airboard-Mourtis-Haute-Garonne

Par contre, pendant que nous jouons aux touristes des cimes, l’autre partie du groupe en chie ouvertement ! Le fatbike a l’air moins simple de prise en main quand on n’y connait rien. On voit les petites fourmis là-haut descendre à la vitesse d’un gastéropode éclopé. Les chutes ont l’air plus douloureuses aussi.

ou-faire-fatbike-haute-garonne-montagne-pyrénées
Camille est impatiente de nous donner son gros bébé à crampons !

Quand arrive le moment de l’échange et notre tour de prendre le guidon en mains, on comprend de suite le souci. Surtout Corinne, car Flo est plus rompu à l’exercice du VTT en montagne. Il faut bien comprendre quel freinage utiliser pour ne pas partir en drift à l’esthétisme douteux ! Du coup on est tendus comme des strings au niveau des bras et des fessiers et on évite les virages, ce qui implique un freinage quasi permanent.
Ce qui met 4 secondes à descendre en airboard prend environ 15min en fatbike quand on est débutant complet. Corinne a voulu vivre l’expérience à fond sans tricher en ne mettant pas le pied à terre mais alors, elle a quasiment réalisé un holdup d’airboard pour descendre la dernière piste dès qu’on a eu retrouvé le reste de l’équipe ! Elle était même prête à partir en courant/glissant avec un airboard posé sur le côté par son propriétaire… L’expérience pas kiffante a ses limites ! Non mais !
Comme les salsifis, elle a goûté, pas aimé, reposé. Mais elle a goûté !

A contrario, Flo a passé un bon moment ! Malgré la crainte du départ, selon lui, il est possible de se lâcher par la suite en faisant attention, comme sur le sable, à ne pas faire chasser les roues. La vitesse peut être grisante en ligne droite mais tout de même teintée d’un soupçon d’appréhension car en cas de chute, le vélo pèse plus lourd que l’airboard !
Corinne aurait pu dire pareil si elle avait expérimenté la notion de vitesse (autre que celle de la descente de l’engin)…!

 

Notre avis
Flo : ✭✭✩        Corinne : ✭✩✩
Le reste du groupe : Les garçons ont davantage eu l’air d’apprécier que les filles qui sont vite repassées à l’airboard !

 

INFORMATIONS POUR LA PRATIQUE DU FATBIKE AU MOURTIS
Nous avons expérimenté cette activité avec Laurent Pradere de « MCF Ecole »
Site internet
Tarifs :

  • 25 € / personne (matériel + guide)
  • 20 € / personne à partir de 5 personnes (matériel + guide)

Pour la remontée mécanique, pas de supplément si tu as ton forfait du jour, sinon prévoir un supplément de 2.50 €

La randonnée en raquettes, un classique du Mourtis

L’aller depuis la forêt de Boutx

sortie-raquettes-foret-boutx-mourtis-haute-garonne

Il était une fois une histoire qui commence par « c’est une initiation, c’est tout plat ».
Et puis il y a eu quelques couillettes à la fin du tout plat qui n’était pas le « FIN » final. Tu suis ? Non ?

Bon, on reprend depuis le début.
A l’aub…. A 10h… le second jour, nous partons à la rencontre de François, chemise à carreaux rouges bien épaisse et look adapté de trappeur, pour cette balade en raquettes dans la forêt de Boutx, accolée à notre gîte.
Nous chaussons nos raquettes à l’entrée de la forêt. Le décor est déjà enchanteur avec les restes de neige fraîche de la veille. A cette heure matinale, il n’y a personne dans le coin à part nous et quelques rares couples de locaux. Un soleil franc est de la partie et fait scintiller la neige lisse de milliers de paillettes.
Corinne en plein rêve ébahi, met ses raquettes à l’envers. Syndrome Dagobert des plus normaux pour elle. On est déjà en retard, il faudra faire avec !

randonnée-raquettes-foret-boutx-mourtis

magnifique-randonnée-raquettes-pyrénées

La première partie de la balade est un régal pour tous les sens : pas un bruit à part la neige qui croutche sous les raquettes (et pas de flouuuffffff enfoncé car le chemin est déjà tassé), le soleil réchauffe nos épidermes aidé par la réverbération et qui joue à cache-cache avec les branches alourdies de sucre glace…
On insiste bien sur le mot « balade » car c’est tout plat ! On en profite pour sortir un peu nos appareils photos. Un peu trop selon François ! On n’arrivera jamais à temps pour le repas ! Mais que veux-tu, il ne fallait pas nous faire promener dans un décor où l’on s’attend à voir débarquer une petite fée derrière chaque sapinette, et où au-delà de chaque bosquet de résineux se cache un panorama magnifique ! Quand on est amateur de beau, c’est difficile de résister à l’arrêt pour immortaliser l’instant avec ses yeux ou avec sa boîte à souvenirs.

belle-randonnée-raquettes-haute-garonne

magnifique-balade-raquettes-mourtis

Environ 45min plus tard (au lieu de 15min !), nous passons un virage et nous continuons à l’ombre. Tout prend des teintes bleutées, c’est fou, on avait oublié ce miracle colorimétrique de la neige ! Nous voilà au royaume glacé des marcheurs blancs et on ne tente même pas de trafiquer les photos pour les rendre plus blanches et immaculées ! Authenticité montagnarde avant tout !

randonnée-raquettes-Mourtis-Boutx-débutant
Motivée, motivée ! ©Camille Daulon

C’est aussi là que commence la galère. Fini le plat. Maintenant ça va monter pendant 1h. Si le sentier est facile en chaussures de rando, ça devient rapidement épuisant avec des raquettes ! Les écarts entre les groupes se creusent. Corinne s’adonne avec quelques autres à leur art favori : la pause photo respiratoire !
Un couple de marcheurs chevronnés si l’on se fie à leur respiration tout à fait normale pendant qu’on joue au souffle de bœuf asthmatique, a pitié du peloton de fin. Il leur montre une astuce pour « lever les raquettes » en montée pour que l’effort de la marche soit moindre. Ca ne fait pas de nous des Kilian Jornet, mais ça va quand même mieux !

panorama-randonnée-raquettes-foret-boutx-larreix-haute-garonne

Dans les dernières épingles avant d’arriver au refuge, les genoux de Corinne la lâchent. Après la rate, le poumon droit et ce foie qui décidément pèse sacrément !  La descente va s’annoncer compliquée.

Le refuge de Larreix

Notre phare au pied du Cagire ! On l’attendait lui !
Nous pouvons enfin nous poser ! On déchausse totalement puisque des chaussons nous attendent à l’intérieur du refuge, privatisé. Dans le refuge, il y a aussi Bruno, l’assistant québécois de François. Il attendait qu’on lui amène la barquette de victuailles tirée vaillamment par Aurélie, Alex puis Chrystelle, pour nous préparer un vrai repas de montagnards : boeuf / saucisses d’agneau et pommes de terres cuits au feu de bois !

randonnée-au-refuge-larreix-Mourtis-Pyrénées

collation-trappeur-refuge-larreix-raquettes
Tenter de se réchauffer avec un thé à la menthe XXL et DIY !
Un peu de vin rouge pour se réchauffer et des bonnes crêpes au sirop d’érable pour terminer, nous voilà remis d’aplomb pour affronter les épreuves du reste de l’après-midi ! Pas sûr toutefois que même les raquettes nous empêchent de nous enfoncer dans la poudreuse avec tout ce lest dans l’estomac !

Mais de toute façon, on n’a pas besoin de le vérifier tout de suite puisqu’une épreuve digne de Koh Lanta chez les caribous nous attend ! Bruno nous lance le défi de lui préparer un (bon) café chaud DANS LA NEIGE et de le lui apporter en chantant une chanson québécoise !

loger-refuge-larreix-randonnée-Mourtis-Pyrénées
Le lieu du crime !
expérience-trappeur-café-neige-larreix-mourtis
Le maître du jeu !

Einstein n’a qu’à bien se tenir face à nos calculs savants pour faire un feu et chauffer une casserole dans de la neige ! Les deux équipes ont fini par y arriver mais on espère que Bruno n’a pas été trop malade en buvant la gorgée du café de notre équipe car nous n’avons pas utilisé d’eau du robinet mais directement la neige environnante pour l’eau du breuvage ! On choisit de penser que les descendants de Melba l’ourse n’ont pas uriné dessus !

Cette petite expérience de trappeur qui aurait rendu Mike Horn très fier de ses stagiaires, c’est certain, nous a bien fait oublier qu’il allait falloir quitter ce cadre enchanteur et ensoleillé pour redescendre sur la Terre des simples mortels.
Nous rechaussons donc les raquettes…

Le retour depuis le refuge de Larreix

Il suffit de deux pas dans la pente à Corinne pour pleurer de douleur… Atteinte du syndrome de l’essuie-glace aux deux genoux depuis les dernières randonnées estivales, impossible pour elle de descendre sans créer des douleurs terribles ! La longue marche du retour va s’avérer problématique.
Heureusement, François trouve la solution et l’assoit d’office dans la barquette de nourriture, à présent vide. Nicolas pensait que traîner cette dernière serait facile mais c’était sans compter cet imprévu d’1,65m qui lui fera griller quelques calories supplémentaires !

descente-randonnee-larreix-mourtis
Alors, la classe ou pas ?

Nous ne suivons pas le même chemin qu’à l’aller et coupons dans les bois à un embranchement : il n’y a pas de panorama mais c’est plus court ! Étant donné la raréfaction des conversations, les pas plus lourds dans la neige, donc l’état d’épuisement général, ce raccourci n’est pas pour nous déplaire !

Quand nous terminons ces 12 km de rando journalière, nous relevons plus du zombie que de l’humain ! (enfin, pour ceux qui ne sont pas des cyborgs encore capables de sautiller dans la neige)
Mais c’était tellement beau qu’on oublie bien vite les moments difficiles pour ne garder que le meilleur !

randonner-dans-pyrénées-mourtis-débutant

 

COMMENT RANDONNER JUSQU'AU REFUGE DE LARREIX ?
Il faut contacter François Gillaizeau de « Concept Séjours » pour randonner et vivre une expérience de trappeur tout en dormant sur place.
Site internet

Mais il est également possible de s’y rendre seul pour un aller-retour dans la journée sans nuitée : le départ se situe au niveau du gîte La Soulan à Boutx et il faut compter environ 1h30 de randonnée pour arriver au refuge de Larreix.

 

Dans les coulisses de la station du Mourtis

Si toutes les activités ci-dessus sont abordables à tout le monde et aux mêmes moments que nous, le Comité Départemental du Tourisme de Haute-Garonne nous a permis de vivre deux expériences uniques : faire un tour en dameuse et aller visiter l’usine à neige. C’est vrai que c’est important de voir aussi comment ça se passe dans les coulisses ! Souvent ce sont des bonnes surprises, et parfois ça fait peur ! On te rassure de suite, ici, c’est évidemment la première option sinon on serait morts poussés sous une congère pour s’assurer de notre silence !

Le monde de silence des dameuses

station-mourtis-montagne-carnet-voyage

On ne sait pas ce qu’il est de ton côté, mais nous, on n’avait jamais eu l’occasion de mettre un ongle dans une dameuse. Même pas dans un tracteur, alors une dameuse !!

En bas des pistes, ce sont deux dameuses qui nous attendent et qui vont se suivre. En théorie, on ne peut rentrer qu’à trois à l’intérieur. Nous étions quatre. La proximité, ça réchauffe, et ça crée du lien. Avec les filles, nous avons fait le voyage avec JB, néo-dameur. Il nous apprend que les dameurs ont un trajet imposé chaque soirée. Il faut repasser plusieurs fois d’affilée sur une même piste pour qu’elle soit damée : entre six et huit fois !

découverte-station-Mourtis-en-dameuse-pyrénées

Tu sais quoi ? Elle est sacrément impressionnante cette balade, crénom ! On se dit mille fois que ça ne passera jamais dans les pistes pentues à remonter, ou encore sur le hors piste avec des renflements poudreux énormes ! Corinne passe son temps à trembler de tomber dans un trou rempli d’eau qui n’aurait rien à voir avec une flaque !
D’ailleurs, si tu regardes bien les deux dameuses, tu pourras te rendre compte qu’elles ne sont pas identiques si tu as joué au jeu des 7 différences dans ton enfance : l’une possède un treuil (pour tracter) alors que l’autre non. Comme on le dit plus haut, certaines pistes sont sacrément pentues, le treuil doit aider régulièrement. On a serré les fesses quelques fois et pourtant on n’a pas emprunté celles qui font serrer les fesses aux dameurs eux-mêmes !

découvrir-métier-dameur-Mourtis-haute-garonne

expérience-tour-dameuse-Mourtis-Haute-Garonne
Vraiment une autre façon de découvrir les pistes de ski !!

Il faut savoir que les dameurs adorent leur travail : se retrouver dans une bulle de calme au chaud dans un paysage enneigé et féérique, accompagnés des animaux sauvages de la forêt et sur des pistes désertées… Effectivement, ça laisse rêveur quand on songe au stress et à la pression de nos villes polluées et surpeuplées… Il faut juste être prêt à avoir des horaires particuliers : de 17h à 1h du mat’ !

balade-dameuse-Mourtis-haute-garonne
Notre dessin de la dameuse intégré à ce paysage surnaturel !

La magie  mécanique de la fabrication de la neige du Mourtis

Toi aussi tu pensais peut-être que la neige et la glace se fabriquaient de cette manière ?
Attention spoiler : eh bien non !!!
Enfin si jamais, la station du Mourtis a bien su nous tromper en cachant cet esclavage floconnier ! 

Bon, déjà, arrivés à l’usine à neige (puisque ça s’appelle comme ça), on est totalement déconcentrés par le bouquet final du coucher de soleil sur les montagnes environnantes. Assurément un des spectacles naturels les plus beaux que l’on ait pu voir !

sunset-station-Mourtis-Pyrénées

beau-paysage-Pyrénées-Mourtis

incroyable-coucher-soleil-Pyrénées-Mourtis
Alors, tu en penses quoi ? On fabule ?

Une fois le dernier rayon disparu (ainsi que toute goutte de sang dans nos index), nous entrons dans l’usine en prenant garde aux stalactites monumentales au-dessus de la porte.

visite-usine-neige-Mourtis-Pyrénées

On nous explique à l’intérieur le fonctionnement : la station pompe de l’eau sous un petit lac dans des sources qu’ils vont pressuriser à 50 bars. Ils l’envoient dans de la tuyauterie qui alimente les canons à neige. L’eau est « détendue » en terme de pression et elle est pulvérisée dans l’air avec des gros ventilateurs qui ventilent l’air froid extérieur. L’eau en contact de cet air chargé de particules, de poussières va cristalliser pour former cette neige artificielle. Les cristaux de neige sont en forme de petites barrettes et la neige obtenue est plus dense que la neige naturelle.
Dans un souci d’écologie, quand il y a un trop plein d’eau dans les sources, cette eau est redistribuée dans la nature pour alimenter d’autres réserves et d’autres sources… Et ça, on y est sensible, on aime beaucoup !! Bravo le Mourtis !

 

Le Mourtis : quelques informations pratiques

Même si l’on aimerait pouvoir se passer de quelques besoins primaires pour profiter au maximum de toutes les activités, nous ne sommes malheureusement que des humanoïdes quelconques qui doivent se nourrir autrement que d’amour et de neige fraîche…

Où manger au Mourtis ?

A La Grange de Monsieur Lucette !
Tu peux presque y descendre directement à ski depuis les pistes puisque c’est sur la station, au pied du télésiège ! Nous y avons mangé le samedi midi, un pique-nique amélioré et nous avons été très bien accueillis et la déco correspond bien à l’idée que l’on se fait de celle à la montagne !

où-manger-mourtis-restaurant-la-grange

La Grange, Station du Mourtis, 31440 Boutx
Réservation au 05 61 79 41 08 ou sur www.resa31.com
Site internet

Où dormir au Mourtis ?

Nous avons dormi dans le gîte qui est celui du meilleur qualité / prix dans le coin pour qui a le même budget que nous : La Soulan. Nous avions, comme les autres couples, une chambre double avec WC/douche à l’intérieur, pendant que les « célibataires » étaient en petits dortoirs  de maxi 4 personnes.
On a aimé voir que les dortoirs étaient assez intimistes, refroidis que nous sommes par les dortoirs halls de gare qui ont la fâcheuse tendance d’augmenter les chances de tomber sur un ronfleur (ou plusieurs) !
Le gîte est super cosy, déco en bois et raquettes accrochées dans l’entrée…

où-dormir-Mourtis-Pyrénées-vacances-ski

N’hésite pas à prolonger le plaisir en te restaurant sur place. La garbure est une tuerie et toute la cuisine est faite maison, en utilisant des produits locaux et des légumes de saison. Les personnes non clientes de l’hôtel peuvent également venir manger.

INFORMATIONS PRATIQUES SUR LA SOULAN

Site internet

Prix indicatifs : 22 € / personne dans les dortoirs et 31 € / personne la chambre double. Petit-déjeuner inclus.

Réserver son séjour à La Soulan

Le mot de la fin sur le Mourtis

Ce qu’on aime au Mourtis, c’est que c’est une station simple et très abordable financièrement pour les familles et les petits budgets. Pour autant, ce n’est pas une station de sports d’hiver au rabais car on y trouve des équipements et des activités qui n’ont rien à envier à leurs voisines plus célèbres. C’est aussi la plus proche de Toulouse pour les gens pressés qui souhaitent s’ébrouer dans la poudreuse rapidement le temps d’une journée !

On espère t’avoir donné envie ? Ou t’avoir fait découvrir un autre lieu sympa à apprivoiser à l’occasion ?

De notre côté, le pari est réussi. Nos préjugés miteux se sont bien éclatés en mille morceaux suite à ces deux jours. (Encore merci à Haute-Garonne Tourisme !) On voulait y retourner le temps d’un week-end à titre personnel avant la fin de la saison mais entre nos maladies successives, la météo déplorable, l’opération et les déplacements professionnels de Flo, impossible. On se rattrapera en 2019 !

illustration-ethnique-montagnes

S’il fallait finir de te convaincre pour aller rider au Mourtis…

Voici la vidéo de nos copains du blog Wait & Sea parce que les images animées donnent des perspectives différentes :

Et voici les autres participants de ce week-end de folie enneigée :

Au fait…
Les dessins présents dans cet article sont les nôtres ! Il est possible de les partager mais n’oublie pas le crédit ! Merci et cœur sur toi !

 

Tu souhaites à ton tour tester une des activités trop cools de cette station familiale qu’est le Mourtis ? Épingle cet artiste sur Pinterest !

ski-activités-insolites-Mourtis-Pyrénées         activités-insolites-Mourtis-pyrénées

Vos petits mots

  • J’ai adoré comme d’habitude !
    Je suis incontestablement votre fan numéro UNO… lol et cela n’a rien à voir avec le fait que je m’appelle Corinne pffff !!!!! Hahaha
    Bisou
    Corinne

  • Trop top cet article, je ne connaissais pas la moitié des activités xD! Ca donne bien envie de partir à la montagne l’hiver prochain, et tu m’as carrément vendu cette station. Je dois dire que l’adéquation petit budget et foule d’activités ne peut être que gagnante. Merci pour ces découvertes 🙂

    • Avec plaisir ! Nous non plus nous ne savions pas que cette toute petite station permettait de réaliser ces activités originales ! A part le fatbike dont nous avions une vague idée, on ne connaissait absolument pas les autres et on n’a à présent qu’une envie : être en 2019 pour recommencer !! (bon, on va quand même profiter de l’été bien mérité quand même avant, hein !)

    • Je (Corinne) n’ai jamais vécu l’expérience du refuge en montagne pendant la saison hivernale car je suis plutôt rando-sandwiches en été mais effectivement, c’est super sympa ! Ça réchauffe le cœur autant que le corps !

  • je valide GRAAAAAVE le Yooner et l’airboard je veux faire ca l’hiver prochain!!!!! Tu m’y ameneras ?? sil te plaiiiiiiiiiitttttt !!!!!! Sinon j’adore CET ARTICLE! j’adore cette station j’adore tes récit ! Ca me botte grave et je veux y aller !!!!!!!!!! Tes photos du soir avec les couchers de soleil sont à tomber par terre ! T’as réussi à me donner envie de partir quelques heures dans une dameuse. Et franchement j’aurais jamais cru dire ça un jour.

    • On veut refaire du yooner aussi absolument ! On a tellement kiffé !! Avec plaisir si tu souhaites nous accompagner !
      Merci Kiki pour ton commentaire qui booste à bloc pour entamer cette nouvelle saison aux orteils gelés !

  • Bonjour,
    C’est un bel article, merci pour ce partage. En plus, les photos sont super belles, je les trouve uniques avec toute cette neige. Ça me donne envie d’y aller dès que ce sera possible !

    • Un grand merci pour ce retour qui nous réchauffe le cœur (mais pas trop quand même, on aurait peur de voir fondre toute cette jolie neige) ! Il ne faut pas hésiter à aller dévaler les pistes pour ce prix-là. D’ailleurs de notre côté, on ne va pas se priver d’y retourner pour une journée de ci de là !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.