BRÉSIL : Le carnaval, c’est comment ? Louco, irmão !

carnaval-rio-spectacle

Un des plus célèbres carnavals au monde, celui de Rio de Janeiro au Brésil, a lieu chaque année de début février à la moitié du mois ! Voilà l’occasion pour moi (Corinne), de revenir sur ces moments complètement dingues que j’ai pu vivre dans ce pays extraordinaire qu’est le Brésil en pleine période de festivités masquées !
Je vais parler à la première personne du singulier car je ne connaissais pas encore Flo à cette époque… Ne t’étonne donc pas, tout va bien, on fait simplement un retour vers le passé ! 

Le carnaval, au Brésil, ce n’est pas uniquement qu’à Rio, c’est toute une semaine (voire plus si affinités) où ce pays dans son ensemble ne vit que dans la musique, la danse, les déguisements, la folie, et la bonne humeur !
Avec cet article, je t’emmène dans trois villes brésiliennes pour te montrer la variété (ou les ressemblances) des festivités !

NB : Les photos sont d’un amateurisme total. Je ne tenais pas de blog à l’époque et j’avais beaucoup moins à cœur l’esthétisme des compositions (je m’en fichais comme de mon premier stylo bleu). Je voulais juste des souvenirs. Je quémande donc un peu d’indulgence !

 

 

rio-carnaval-copacabana-statue-souvenir

Tu es curieux et tu as envie de découvrir cet univers coloré, sambé et pailleté ?
Viiiiiiite, ça va commencer !!! Mets toi un accessoire carnavalesque et suis-moi !
Mais d’abord… On se met dans l’ambiance sonore ! Appuie par là et laisse tourner pendant ta lecture :



Quel déguisement prévoir ?

Ici, c’est un peu comme pour le vin : « peu importe le flacon pourvu qu’on ait l’ivresse ! » En gros, on se fiche totalement de ta dégaine et de ton dresscode. On te demande simplement de JOUER LE JEU que ce soit par des détails ou par le total look pour les plus joueurs !
J’ai été extrêmement surprise de voir des mendiants ou des personnes à revenus modestes équipés d’un accessoire minimum. J’ai été étonnée de voir des déguisements où la nudité n’était pas qu’un concept (en pleine rue, en plein jour, en plein Rio), des hommes déguisés en femme sans aucun sens du ridicule ou sentiment de honte, des policiers qui ne disent rien aux cris, pétards et déguisements olé olé…
Je suis allée de surprises en surprises en définitive !!

Je n’avais rien prévu pour vivre ces carnavals dans mon sac à dos. Je ne connaissais rien à tout ça. Il a donc bien fallu s’équiper ! Et j’ai adoré ces préparatifs ! Aller de boutique en boutique pour voir tous les accessoires colorés et à paillettes, dans une ambiance enjouée limite excitée-j’ai-bu-trop-de-redbull !
La place dans le sac étant limitée, je me suis cantonnée au masque et aux décorations de poignets avec la touche finale qui change tout : les paillettes. Contrairement à chez nous, ils adorent, et pas que sur les licornes !
Bon, d’accord, j’ai aussi ramené un masque pour la déco à la maison ! Ok, je suis faible, mais VRAIMENT, c’est très dur de résister !
Dans tous les cas, soyons clairs, si tu veux te lâcher, oser le court, la transparence, le fluo, le brillant, c’est le moment ou jamais ! Ici personne ne te dira rien, personne ne te jugera.

Le carnaval de Saõ Paulo

Mon tout premier en 2009, après un roadtrip de 10 jours en Argentine. Avec mon père, nous avons traversé la frontière exprès pour lui ! A cette époque, j’étais comme une frite qui n’a pas connu le ketchup : du carnaval au Brésil, je ne connaissais que ce que montrait le JT de Jean-Pierre Pernaut quand il faisait son tour du monde des carnavals ! Bien évidemment, c’était à Rio, donc autant te dire que je partais avec une page blanche en matière de préjugés sur Saõ Paulo !

L’aventure de l’achat des billets

Nous n’avions pas nos places avant de débarquer, il fallait donc aller les acheter. On était loin d’imaginer que ce serait aussi épique ! Il a fallu comprendre où elles s’achetaient, puis comment aller à cet endroit excentré en transports en commun (nous n’avions pas de smartphones à ce moment-là). Une fois le stade qui nous a été indiqué trouvé, il a fallu repérer le bon guichet sous les gradins. Bon, ça, ça a été facile : il y avait une queue comme pour acheter du Nutella en promo, la violence en moins !
Plus d’une heure d’attente plus tard, notre tour arrivé, on s’est heurté à une sorte de discrimination : on refusait de nous vendre les places car nous n’étions pas brésiliens ! Très facile de surcroît d’argumenter sans parler un seul mot de portugais ! Même le portugnol semblait avoir ses limites ! Surtout quand la personne en face y met de la mauvaise volonté évidente…
Heureusement pour nous, le monsieur de derrière nous a pris en pitié (ou, plus vraisemblablement, il en avait marre d’attendre) et a fait comprendre au guichetier de nous vendre des places et plus vite que ça !
C’est ici que j’ai appris ce qu’était un sambodromo : un lieu destiné au défilé d’écoles de Samba, sorte de grande avenue avec des gradins sur les côtés.

carnaval-bresil-sambodrome-fiesta

Nous sommes rentrés le sourire aux lèvres avec nos précieux sésames pour le fameux sambodromo. On n’a pas pu négocier nos placements géographiques dans ce dernier mais pour une première fois, on était sûrs  d’en prendre tout de même plein les mirettes !

Une nuit de folie

On savait dès le départ qu’on allait jouer à Cendrillon. Nous avions 3h à profiter à fond dès le top départ annoncé et puis il allait falloir nous éclipser pour cause de rendez-vous avec l’avion-retour vers la France. Je te laisse imaginer mon état le surlendemain en classe… Ah ah ah !

Le défilé sur le sambodrome de Saõ Paulo ressemble à s’y méprendre à celui de Rio mais avec trois avantages :

  • moins de foule
  • des prix plus abordables
  • bien moins de touristes. Nous étions les seuls étrangers dans notre secteur ! C’était d’ailleurs un énorme avantage car toutes les personnes autour tentaient de nous expliquer le fonctionnement du défilé. Avec plus ou moins de succès car le portugais avec la musique à bloc dans les tympans, on n’était pas dans les meilleures conditions pour tout comprendre !

Pendant 3h nous avons donc vibré au rythme des batucadas, avec autant de paillettes dans les yeux que les danseurs sur leurs corps. On a agité les objets que chaque école nous distribuait dans les gradins : grands boudins à faire s’entrechoquer, sifflets…

assister-carnaval-sao-paulo-sambodrome

assister-carnaval-sao-paulo-sambodrome-bresil

spectacle-carnaval-bresil-avis

comment-assister-carnaval-sao-paulo-sambodrome
Cadeau pour toutes les lectrices de cet article !

Ce fut un déchirement de quitter cette ambiance complètement surréaliste et qui a su nous emporter en moins de 5 minutes. Heureusement que cette folle nuit nous réservait une dernière surprise : un loooooong serpent débordant de couleurs, de bonne humeur, de musicalité, en train d’attendre son tour juste en contrebas de nos pas. Quel cadeau de départ ! Merci Saõ Paulo ! On n’aura pas pu profiter longtemps de toi mais tu as su nous faire vibrer pour ce premier passage brésilien !

carnaval-sao-paulo-preparation-avant-defile-sambodrome
C’est flou mais tout le monde bougeait : eux en dansant et nous en courant prendre notre taxi !

(J’ai vécu le jetlag le plus compliqué de ma vie grâce à toi aussi. J’ai trouvé le retour à la morosité française, à la grisaille et à la routine presque violents alors que mes neurones et mon cœur étaient restés là-bas !)

INFORMATIONS PRATIQUES

Le site officiel de la Ligue indépendante des écoles de samba de São Paulo  permet d’acheter des billets en ligne (3 billets maximum par personne et un seul à tarif réduit). L’inconvénient est qu’il faut pour cela un CPF (une sorte de numéro social nécessaire pour les démarches financières notamment). Ce dernier peut-être fait en France ou au Brésil mais ça demande beaucoup de formalités administratives pour juste acheter un billet pour se rendre au sambodrome !
La billeterie du sambodrome, sur place, demande également un CPF (c’est peut-être pour ça qu’on refusait de nous vendre les billets, en y repensant !!!!).
Pour le coup, mieux vaut donc passer par une agence de tourisme pour acheter ses billets sans perdre trop de temps dans la paperasse.

Prix indicatifs pour assister au Grupo Especial (meilleures écoles de samba) dans les tribunes selon les secteurs : entre 22€ et 50€ pour environ 6h de spectacle.

Comme à Rio, il est possible de faire la fête dans la rue avec les blocos et les bandas. Nous n’avons pas eu le temps de tester, préférant choisir la nuit sur le sambodrome…

Le carnaval de Paraty

Je me suis rendue à Paraty (ou Parati, on n’a jamais su comment l’écrire) en février 2015 lors d’un roadtrip brésilien avec une amie. Nous avons commencé les festivités carnavalesques par ce charmant village colonial classé au Patrimoine Mondial de l’UNESCO.

La journée et une tradition insolite !

Sitôt arrivées et les sacs posés, on part sans attendre à l’assaut de ce village qui nous a déjà conquises le temps d’un trajet en taxi ! Le thème récurrent de notre séjour à Paraty ne tarde pas à se manifester : le carnaval s’invite dans les rues excentrées que nous empruntons avec des « grosses têtes » faites de métal et de papier mâché ! Elles attendent sagement leur heure de gloire lors de la soirée qui s’annonce ! On ne résiste pas à la tentation et on fait quelques selfies souvenirs sous les sourires des propriétaires !

Le village est également prêt au niveau décoration à accueillir l’un des événements les plus attendus de l’année : on retrouve sur la place principale de grosses statues colorées de personnages (plutôt) souriants (mais on n’est pas trop sûres, en fait), des drapeaux se déploient des fenêtres dans les étages des bâtiments, des guirlandes de papiers brillants reflètent les rayons du soleil comme une invitation implicite à sautiller plutôt qu’à marcher nonchalamment.

ambiance-carnaval-sans-danger-paraty-bresil
Prêts à accueillir les fêtards !

décorations-ville-paraty-carnaval-bresil

carnaval-securite-paraty-bresil

rues-décorées-carnaval-paraty-bresil

Un peu rincées par des heures de marche sur des galets inégaux et traitres pour les chevilles, on décide de partir se reposer un peu sur la plage à côté de notre auberge, avant de profiter d’une nuit de débauche !
Tu devines certainement la suite : on ne s’est pas plus reposées qu’un gang d’insomniaques mais à la place, on a vécu la plus extraordinaire des découvertes !!

Le carnaval du bloco da lama

« Bloco da lama » signifie « groupe de boue ». On le retrouve sur la plage de Jabaquara. Pile poil là où le « être au bon endroit au bon moment » nous a menées !
Au début je ne comprends pas, il y a quelques personnes couvertes de boue et plus les minutes passent plus la transformation des gens aux alentours est flagrante, exponentielle avec le nombre de personnes peuplant la plage. C’est open bar chez les curistes boueux, ou bien… ?

A un moment donné, un rassemblement est sonné et un cortège se met en place derrière un char sur la route. C’est parti pour une procession dans le village sur des rythmes tribaux et avec des chants en « HUGA HUGA HA HA » ! Franchement, je capte que dalle à ce qu’il se passe et je regarde tout ça avec des yeux de grenouille arboricole téléportée en plein Sahel ! Ils sont chelous ces indigènes !

carnaval-bresil-tradition-insolite-paraty

carnaval-bresil-insolite-paraty-bloco-da-lama

Un peu de coolture :

Je me suis quand même renseignée après coup sur cette surprenante tradition ! Le carnaval de Paraty se nomme O bloco da lama (le bloc de vase) et a pris corps dans les mangroves qui entourent la ville, en 1986 (p’tain, c’est plus jeune que moi comme « tradition » !). Au début il n’y a eu qu’un tout petit groupe fondateur. Puis le mouvement a pris de l’importance. Avec les années, la foule, toujours plus nombreuse, s’est approprié ce carnaval simple et original. La mairie a commencé à en faire de la publicité et le carnaval est devenu une attraction locale marquée par l’originalité. Désormais les différents médias couvrent l’événement. C’est quand même pas tous les jours que tu peux suivre les aventures d’un télétubbies Gloubicracra au Brasiuuuu !

carnaval-bresil-original-paraty

La soirée

Elle ne commence pas sous les meilleurs hospices puisqu’il pleut des seaux d’eau ! Je trouvais déjà ça pénible en temps normal mais alors sur des gros pavés devenus glissants, ça relève d’une soirée d’équilibrisme à handicap !
Qu’à cela ne tienne, on est tellement à fond qu’il en faudra plus pour nous décourager et nous gâcher la soirée !

De la musique joue dans tous les coins du centre historique. On part en direction de celle qui semble jouer le plus fort et quelle n’est pas notre surprise de retrouver les immenses figurines de l’après-midi en train de se dandiner au milieu de la rue ! (tu peux voir leur déhanché dans la vidéo à la fin de l’article)

Une fois le défilé terminé, on part s’équiper d’une bonne glace. Il a beau pleuvoir, il fait une chaleur du diable. On rejoint alors une banda qui n’est vraiment pas sans nous rappeler celles de notre sud-ouest, notamment celles durant les férias ! Les chansons sont en portugais mais sinon les rythmes et l’ambiance ne nous dépaysent pas le moins du monde ! On s’intègre sans problème !

On termine notre tour nocturne des expériences du carnaval de Paraty par le barnum avec DJ. Ici, on quitte la féria pour trouver l’ambiance fête de village : ça danse sur des airs « techno-sambés », ça tente des approches pour ne pas finir la nuit en individuel dans un lit deux places, ça se regarde un peu en chiens de faïence, ou alors ça picole avec des rires gras sur le bord de la piste !
Là aussi, si nos peaux blanches ne nous trahissaient pas, on pourrait facilement se fondre dans la masse !

nuit-carnaval-paraty-bresil

 

Merci Paraty pour cet échauffement des plus spectaculaires et insolites ! Nos mollets et notre mental sont prêts à affronter la grandeur et la démesure de Rioooooooo (même sans perroquet bleu nommé « Blue ») !

Le carnaval de Rio de Janeiro

Ce carnaval est présenté comme étant l’un des plus titanesques et sublimes shows au monde.
Est-ce que c’est surfait et sorti de la bouche de plusieurs cariocas chauvins ?
De mon point de vue, à côté de ce que j’ai donc pu voir sur deux sambodromes, la grande parade de Noël à Disneyland ressemble au spectacle de fin d’année de ton petit frère lors de la kermesse !

C’est une expérience de dingue que je veux te faire découvrir absolument. Allez, prends tes bouchons d’oreilles et suis moi !

Sur le sambodrome de Rio de Janeiro

De Charybde en Scylla

comment-assister-carnaval-rio-sambodrome

C’est un énooooorme complexe de béton de 60 000 places (pour t’aider à comparer, la capacité du Stade de France est de 81 338 places). Il ne se démonte pas et reste à l’année.
Sur notre billet qui se porte autour du cou, il est indiqué que l’on doit se rendre au secteur 7, un des mieux situés paraît-il. Complètement à l’opposé de l’endroit par lequel on arrive, évidemment.
Il pleut comme un robinet qu’on a laissé ouvert et je suis en tongs, re-évidemment.
Je suis déguisée en capote géante avec mon poncho de pluie blanc transparent qui colle de partout et qui entrave mes mouvements.

On est d’accord Cristina, mais passées les 10 premières minutes de honte internationale, quand j’ai vu que nous évoluions dans un champ-élevage de Manix, arrosés à la pluie bio, ça allait mieux !
D’ailleurs je peux ajouter que la capote géante a été bien plus efficace niveau étanchéité que la parka imperméable de rando de mon père qui valait le quintuple d’euros !

touristes-sambodrome-carnaval-rio-janeiro

Par contre, le contournement de Sambodrome pour rejoindre nos tribunes m’a semblé interminable. Environ 20min et deux passerelles franchies plus tard, nous voilà en piste pour assister au défilé de la première école, mais c’est plein comme un œuf aux poussins triplés.
Je vais en haut pour attendre que les premières personnes qui sont en bas et devant s’en aillent afin de prendre ensuite leur place. Copinette, mon père (qu’on a rejoint lors de son propre roadtrip en Amérique du Sud) et son copain restent en bas et creusent leur trou.
Sous cette pluie diluvienne, impossible de filmer ou photographier quoi que ce soit. Obligée d’attendre que ça se calme, et ouf, ça sera le cas lors du passage de la deuxième école !!
J’étais pas loin du caca-boudin de Mimi Cracra sous la pluie… Tu me connais maintenant…

sambodromo-rio-janeiro-carnaval

Le vif du sujet : le défilé !

Il est temps que je t’explique maintenant comment ça fonctionne tout ce bazar à paillettes.
Il y a 3 jours de défilé. 10 écoles défilent le samedi (ce sont des équivalents de seconde division) et 12 autres le dimanche et le lundi, c’est le groupe « spécial », à savoir les meilleures écoles de samba de Rio (la « première division »).
On était présents le dimanche pour assister au défilé de 6 écoles, jusqu’à 3h du mat’ !

Les défilés sont régis par des règles trèèèès précises. Toute infraction est sanctionnée par une pénalité.
L’une des règles les plus importantes concerne la durée du défilé : le temps imparti pour chaque école pour parcourir les 700m (tu m’étonnes qu’on ait mis 20min à faire 3/4 de tour) de la longueur du sambodrome doit être compris entre 65 et 82 minutes.

Autres interdictions notables: la présence d’animaux et la nudité. Je te laisse apprécier le respect de cette dernière règle :

plus-beau-spectacle-monde-carnaval-rio-janeiro
Le char de la luxure, là je n’ai mis que le haut, la partouze géante couverte, mais à l’étage inférieur c’était « quéquettes claustrophobes party » et boobs en liberté !

Chaque école défile sur un enredo, un thème musical choisi et tiré de la Bible, de la mythologie ou de la littérature. Il donne le ton, la couleur et l’énergie musicale au défilé. La même musique passe en boucle, donc, pendant 65 minutes minimum. Autant je ne me lassais pas de certaines, autant d’autres m’ont donné envie d’étouffer le chanteur avec son micro et quelques plumes empailletées !
En général le meilleur du show s’effectue devant les juges et on a eu une chance phénoménale car ces derniers étaient dans la tribune juste en face de la nôtre donc le best of était juste en contrebas de là où nous étions!
Je comprends mieux le prix du billet à 120€ (qui les valait amplement ! Mieux qu’un concert au Zénith et pendant une durée incomparable de 6h !!)

participer-carnaval-rio-janeiro-sambodrome

Chaque parade contient des personnages particuliers.
La fête n’est vraiment lancée qu’avec l’apparition du porta bandeira (porte-drapeau) et du mestre sala (maître de danse) vêtus de magnifiques costumes du 18ème siècle.
Puis vient le gros de la troupe à laquelle se mêle une section de percussionnistes shootés au red bull. C’est la bateria. Son rôle est de maintenir le rythme. Ils jouent non stop durant tout le temps de passage (65 min). Ça parait incroyable !
Le reste de la troupe se nomme les alas.
Enfin, que ce soit à Sao Paulo ou à Rio, on a pu assister à un show surprenant et gratuit. Comme quand le film est terminé, parfois il faut surveiller les listes finales de distribution et de remerciements, quelques bonus peuvent s’y cacher. Ici c’est pareil, il faut surveiller les nettoyeurs une fois l’école passée car ils peuvent t’étirer le sourire façon Email Diamant la magie du blanc ! (là aussi à voir dans la vidéo en fin d’article)

 

samba-carnaval-rio-janeiro

 

acheter-billets-carnaval-rio-janeiro-bresil
comment-acheter-billets-carnaval-rio-janeiro-bresil

 

ou-comment-acheter-billets-carnaval-bresil
« Vis chaque jour comme si c’était le dernier ! »
VOIR LE MEILLEUR SANS SE RUINER
Sur le sambodrome, il existe différents types de places et différents secteurs pour assister au show.
Les sièges sont divisés en 4 classes en fonction des services offerts.
 Les billets de Carnaval peuvent être achetés en fonction du budget dont tu disposes.
Les Tribunes sont faites directement dans le ciment, et elles offrent les places les plus abordables.
Les places allouées sont numérotées.
Les box ouverts rassemblent 6 chaises pour une table basse.
Les suites ou loges de luxe offrent les places les plus chères et sont idéales pour les groupes de 12 personnes ou plus. Les billets de Carnaval pour cette section incluent un dîner-buffet, les boissons, le personnel de service et de sécurité.
Le sambodrome est divisé en secteurs
 Le secteur 9 est celui traditionnellement réservé aux touristes. Il y a même des guides parlant plusieurs langues ! Tu ne trouveras ici aucun carioca. (forcément, on n’a pas été intéressés de notre côté à cause de ça) L’ambiance chauffe très rapidement dans ces secteurs grâce à la fosse à percussions qui est à proximité.
Le secteur 8 est celui des juges donc c’est celui en contre-bas duquel les danseurs effectueront leurs plus beaux jeux de jambes survoltés.
Le secteur 7 est situé juste en face du secteur 8, on y voit exactement les mêmes choses dignes d’intérêt !
Les secteurs 12 et 13 se situent en bout de piste et face à elle. C’est ici que tu trouveras les prix les plus bas mais tu ne verras pas grand chose dans le détail à moins d’emporter un téléscope.
Nous avons choisi de prendre des billets pour les tribunes du secteur 7. Le meilleur du show était là puisque les juges étaient en face de nous. Nous étions un peu en hauteur en étant dans les tribunes et du coup, on voyait quand même tout le sambodrome. Nous avons payé environ 120€ par tête pour ces places. C’est un coût, certes, mais pour des heures de spectacle et vu l’emplacement, l’investissement vaut clairement son pesant de paillettes !
Un conseil si tu veux faire comme nous : arrive biiiiiiien en avance et prends les places debout contre la barrière. Tu n’auras ainsi aucune tête devant pour te déranger et tu pourras danser en te dandinant à l’envi !!
DEFILER SUR LE SAMBODROME
Eh bien oui, c’est possible, pour toi touriste ! On a découvert ça dans notre hôtel !
Mais tu te doutes bien qu’il y a quelques conditions ? Il faut que tu défiles sous les couleurs d’une école de samba ! Il te faudra donc apprendre son hymne et ses principaux pas de danse puis trouver un costume !
Et bien sûr, prendre ça très au sérieux car c’est l’événement le plus important de l’année et il est interdit de ne pas être au top de sa forme !
ACHETER SES BILLETS POUR LE SAMBODROME
Quitte à assister à ce show incroyable, prends tes billets pour les défilés du Grupo Especial, à savoir les 12 meilleures écoles de samba de la ville, le dimanche et le lundi.
Les billets au prix officiel sont vendus en septembre mais ce n’est pas toujours facile de se les procurer.
Liesa, l’association officielle des écoles de samba, commence à vendre les billets en décembre ou janvier, et la plupart sont raflés par les agences de voyages qui les revendent ensuite à des tarifs plus élevés.
Contacte Riotur pour savoir où les acheter, car le point de vente officiel change d’une année sur l’autre.
Le week-end du carnaval, la plupart des billets ont été vendus, mais les revendeurs en proposent : si tu fais affaire avec l’un d’eux, assure-toi qu’il te remet à la fois le ticket en plastique avec une bande magnétique et le ticket indiquant le numéro de la place. Les tickets changent de couleur selon la date.

 

Le carnaval dans les rues de Rio

Dans toutes les rues elles-mêmes

Mais à Rio de Janeiro, et au Brésil en général, tu le sais certainement, le carnaval ne se déroule pas uniquement sur le sambodrome.
C’est vraiment incroyable, tu as l’impression d’évoluer pendant des jours dans un film fantastique : la ville est la même que d’habitude au niveau architecture et mouvements pendulaires mais les habitants eux-mêmes ont radicalement changé !!!
Durant la durée du carnaval, tous les hôtels et auberges bon marché étant pleins, nous avons dû loger de l’autre côté de la baie, à Niteroï (dans un hôtel que je ne nommerai pas car on n’a pas du tout été convaincus par le rapport qualité-prix). Pour rejoindre le cœur de Rio, nous devions donc prendre le bateau.  C’est là où j’ai halluciné pour la première fois ! Tellement en mode Tex Avery que je n’ai même pas songé à sortir mon appareil photo. Mais imagine-toi la scène : il est 8h du mat’ et tu prends ton bateau comme tu prendrais ton bus ou ton métro pour aller travailler. Sauf que tu te retrouves assise entre La Mort et Spiderman avec une princesse rose de plus de 25 ans qui laisse ses cheveux synthétiques sur ton short ! Un peu plus loin tu as le mec en costard bien taillé et attaché-case qui peut moins se lâcher côté vestimentaire mais qui a tout de même un bracelet à moumoute fluo ! Tous les passagers du bateau étaient de cet ordre. Surréaliste je te dis !! Mais ça te visse un sourire qui a du mal à disparaître de la journée !

semaines-carnaval-rio-janeiro-bresil
Les brésiliens se travestissent beaucoup : ici en fées mais sinon en femmes (tradition du bloco das Virgens).

Dans tout le reste des rues c’était pareil : total look ou petit accessoire mais tout le monde ou presque jouait le jeu !
En descendant à Copacabana nous sommes même tombés sur une fanfare qui répétait, leurs costumes colorés à leurs pieds ou sur le dos pour les plus courageux étant donnée la chaleur. On les a suivis jusqu’au métro pour rentrer. Ils allaient peut-être prendre leurs positions sur le sambodrome. C’était le deuxième défilé du Grupo Especial ce soir-là…

preparation-carnaval-rio-janeiro-bresil

carnaval-rue-rio-janeiro-copacabana-bresil

Dans les rues des quartiers, dont celui de Lapa

Les bandas et blocos

Il est possible de se joindre à une banda (fanfare) ou à un bloco (groupe de percussionnistes et de chanteurs) qui défilent dans les rues. Pas besoin de compétences particulières comme pour le défilé sur le sambodrome. Tu dois juste être prêt à faire la fête jusqu’au bout de la nuit, armé de ton sourire communicatif. Mais bon, soyons honnêtes, il va te falloir danser, ou du moins faire semblant !
Il en existe plus de 400 dans toute la ville et pour la plupart des cariocas, le carnaval, c’est ça !

Nous n’avons malheureusement pas pu tester, en logeant de l’autre côté de la baie. Le bateau ne circulant pas la nuit, nous devions prendre le taxi pour rentrer et autant te dire qu’en une seule fois, on y a laissé quelques plumes pécuniaires avec la peau accrochée ! On n’a pas eu vraiment envie de recommencer ! 

rio-janeiro-carnaval-experience

Les concerts en plein air

A la fin du défilé sur le sambodrome, nous n’étions pas du tout prêts à aller au lit ! Mais alors pas du tout ! Alors on a continué la fête à 2h du matin dans le quartier de Lapa, et plus précisément en face de l’Arcos do Lapa, sur la Praça Cardeal Câmara. Un concert à ciel ouvert y était organisé mais malheureusement pour nous, il venait de s’achever ! Il ne restait plus que des cadavres de verres, de bouteilles et manifestement d’humains…
On a suivi les derniers groupes qui semblaient tous migrer au même endroit : vers les bars ! Et là…… tu vois les ferias du sud-ouest ? EXACTEMENT PAREIL !!!! Ca picolait, ça chantait, ça dansait, ça draguait ! On n’a pas plus senti de danger qu’en France mais on n’avait rien sur nous à part quelques billets au cas où… On a passé une bonne soirée comme à la maison !

carnaval-rio-arcos-da-lapa
En journée, la place est pourtant d’un calme déconcertant !

Pour l’anecdote, un jeune homme est venu me parler, avec un degré d’alcool supérieur à celui indiqué sur la bouteille et a commencé à me faire comprendre qu’il était intéressé par ma personne. Mais moi pas du tout par la sienne. J’ai cru bon de lui indiquer de se tenir sage car j’étais avec mon père, juste là, tu vois. Il est allé le voir pour lui demander de manière très respectueuse s’il pouvait tenter de me draguer, le tout sous mes yeux tellement écarquillés qu’on devait voir le bord de mon cerveau (nos cultures sont VRAIMENT différentes !). Mon père a dit oui. Merci papa. Je ne te donne plus l’autorisation de boire 3 caïpirinhas après 3h du mat’ !

carnaval-rue-Rio-Janeiro-lapa

 

CONSEIL IMPORTANT:
Si tu te rends au carnaval de rue, ne prends rien de précieux sur toi : pas de bijoux en or/argent, pas d’appareil photo, si possible pas de sac… Rien qui puisse tenter !
Nous y sommes allés avec un téléphone portable pour 4, quelques billets à donner en cas de « racket » et rien de plus, d’où l’absence de photos pour l’expérience de cette soirée.
Instagram ne vaut pas plus que ma vie !

 

Prochain carnaval de ma bucket list…

Je t’avais dit que le carnaval brésilien pouvait se travestir de beaucoup de façons… Personnellement j’adore, c’est une super expérience à vivre, même sans que le sang de Super-Fêtard coule dans tes veines.

Maintenant, j’ai très envie de voir comment ça se passe plus au Nord, notamment vers Salvador de Bahia, sur les rythmes d’Olodum ! Ce carnaval me semble plus « sauvage » et traditionnel, moins artificiel pour plaire à la majorité dans le monde entier.

 

Un dernier clin d’œil du carnaval au Brésil…

Et NOOOOOON  ce n’est toujours pas fini !!!
Le lendemain de la soirée sur le sambodrome et à Lapa, au retour de l’ultime balade à Rio avant de partir à l’aéroport, l’univers carioca nous fait un dernier et GIGANTESQUE CADEAU. En pleine rue, histoire qu’avec nos yeux à moitié fermés par la fatigue on ne le manque pas !
Ca commence doucement avec les costumes de la veille et je me serais bien servie si j’avais eu la place dans le sac à dos !!

rio-carnaval-costumes-avant-spectacle

Et puis le voilà le groooos cadeau : les chars de la parade en pleine rue !

rio-carvaval-char-quartier-lapa

 

Cette fois, malheureusement, plus moyen de repousser les lettres THE END qui sont en train de s’incruster sur un fond aussi noir que mon humeur du retour.
J’espère que je t’ai un peu donné envie de découvrir ce spectacle incroyable ?
S’il y en a un à marquer sur ta bucket list, en toute franchise, c’est vraiment celui du carnaval au Brésil, où que ton choix se porte dans le pays. Et je ne suis sponsorisée par rien pour le dire !

Par contre, je ne garantis pas qu’au retour tu n’aies pas envie d’intégrer une batucada (troupe de percussionnistes), un groupe de capoeira (art-martial dansé) ou encore des cours de samba. Ou les 3 à la fois ! Et pourquoi pas assister également à des rodas de samba (samba jouée par un groupe de musiciens autour d’une table dans une ambiance moite et intimiste) ?

Dernier argument, l’ultime, après j’abandonne, parce que j’ai épuisé le stock de poudre aux yeux pailletée :

carnaval-rio-janeiro-danseuse-samba

Pour  repérer un peu ces lieux du carnaval au Brésil :

 

 

 !!! BONUS !!!
Ceci est une vidéo garantie sans aucun trucage, d’une simplicité affolante, pour te faire vivre au plus près mes expériences du carnaval au Brésil, sans tricherie !

 

Toi aussi tu projettes d’aller t’empailleter le moral à l’avenir au carnaval au Brésil ? Épingle cet article sur Pinterest !

trois-experiences-carnaval-bresil experiences-carnaval-bresil-rio-sao-paulo-paraty

Vos petits mots

  • Franchement il est super cet article. Ça doit vraiment être une expérience fantastique. Moi c’est la foule qui me rebute un peu, je suis un peu sauvage ^^ et du coup la foule m’oppresse.
    J’adore tes photos et je trouve le char de la luxure vraiment rigolo avec les gens à trois dans les lits et les sculptures complètement loufoques.
    Je ne connaissais pas la tradition du bloc de boue à Paraty : en fait c’est comme le bain de boue de la Mer Morte mais en période de carnaval 🙂
    En tout cas, c’était une lecture agréable et intéressante. Je le garde sous le coude au cas où ^^

    • Merci beaucoup Alexis !
      Je suis comme toi, facilement oppressée par la foule, mais je n’ai jamais ressenti ça au Brésil durant ces jours de fête. Le sambodrome est bien rempli mais pour autant, on ne se marche pas dessus car certains arrivent quand d’autres partent et vice-versa. Il n’est donc jamais au max de sa capacité ! Dans les rues, tu peux facilement et rapidement te dégager de la foule car les concentrations ne sont pas si énormes.
      Pour la boue, il me faudrait aller à la Mer Morte maintenant, pour comparer ! En tout cas, c’était totalement surréaliste ! Je me demande pourquoi ils n’en parlent pas dans les guides papier (à moins qu’ils l’aient rajouté depuis 2015 !)…

  • oh la la la
    j espère qu un jr je pourrais assister au carnaval au Brésil: Rio mais pkoi pas Salavador mais le carnaval
    malheureusement pr l instant impossible de voyager en février snif snif
    quelle chance d avoir eu l opportunité de voyager à ce moment là au Brésil
    je bave devant tout ça
    et là tout d un coup j ai envie de de danser
    Brésil j aime tant ce pays

  • Ca a l’air dingue comme ambiance, je crois que c’est vraiment ça qui me donne envie !Tout le monde s’éclate et ça se voit.
    J’adore le ton de ton article aussi, plein de petites notes d’humour bien placées.. Et le magistral: « Intragram ne vaut pas plus que ma vie » ! loool

    • Merci beaucoup Lucie ! L’ambiance du carnaval est super ! Tu n’es jugé nulle part, c’est la fête dans le sens le plus simple du terme ! Même si c’est radicalement différent en terme de musicalité, de climat, ça a quand même pas mal de similitudes avec nos ferias dans le sens où ça emporte la ville dans son ensemble et que le quotidien se met entre parenthèses pendant plusieurs jours ! Bref, à vivre au moins une fois dans une vie !
      Quant à Instagram, j’ai l’impression de devoir le préciser pour rappeler les gens à l’ordre car certains se mettent vraiment en danger pour un cliché ! Et là, ça pardonne pas !

    • Complètement !! A faire une fois dans sa vie qu’on ait un caractère festif ou pas d’ailleurs ! C’est impossible de ne pas succomber à l’allégresse ambiante !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.