Monsieur lit : « Latitude zéro »- Mike Horn

chronique-roman-latitude-zero-mike-horn

Flo reprend la plume pour te parler lecture sur le voyage après celle du roman de Sarah Marquis ! Nous retrouvons ici aussi un explorateur en solo, un des plus grands aventuriers de notre époque, professionnel de la survie en milieu difficile, pour ne pas dire franchement hostile : Mike Horn ! Avec ce roman, il signe un best-seller indispensable de la bibliographie du voyageur ! Publié en 2004, il n’a pas pris une ride et reste plus que jamais d’actualité depuis que son auteur est le protagoniste principal d’une émission télévisée.

avis-roman-latitude-zero-mike-horn

De quoi parle Latitude Zéro ?

Mike Horn ne vit que pour réaliser ses rêves. Alors un jour de printemps, il a laissé sur un rivage sa femme et ses deux filles qu’il adore, pour faire le tour de la planète, seul, en suivant la ligne de l’équateur.

À pied, en pirogue, à la voile ou à vélo, à travers trois océans et deux continents, Mike Horn a cheminé sur ce fil invisible. Sans jamais s’en écarter de plus de quarante kilomètres.

Il raconte ici comment un homme seul parvient à se fondre dans la nature pour qu’elle le laisse passer – et parfois il n’y arrive pas. Dans la forêt vierge du Brésil, mordu par un serpent, il est resté quatre jours aveugle, à demi conscient, sans savoir si le venin était ou non mortel.

Mais le plus grand danger, c’est l’homme et ses guerres. En Afrique, des rebelles ont arrêté Mike Horn et l’ont condamné à mort. Il ne s’en est tiré que de justesse.

Pourquoi tout ça ? Parce qu’il voulait aller au bout de son rêve, plus loin dans la rencontre de la nature et des hommes. On découvre dans ce récit hors du commun un homme qui a peur, qui s’émerveille, qui a mal, mais qui avance, toujours.

Ton avis sur Latitude Zéro ?

Il ne s’agit pas d’un récit de littérature mais plutôt d’un carnet de bord d’une aventure hors du commun.
Faire le tour du monde n’a rien d’extraordinaire mais le faire à vélo, à pieds, en pirogue, l’est déjà beaucoup plus ! C’est un exploit humain allié à une force mentale impressionnante.

J’ai aimé que ce soit un récit de vie réelle et non un récit inventé et parfois au risque d’être monotone. Ce sont des aventures que l’on n’a pas l’habitude de voir relatées, surtout les dangereuses comme l’épisode d’arrestation au Zaïre où il est passé à deux doigts de Trotamundo (notre nain miniature) de la fusillade… Il nous donnait l’impression d’être à ses côtés, comme un caméraman pour une émission…

L’histoire aurait pu être encore plus détaillée mais on aurait pu émettre des doutes sur la véracité de l’expérience car ce livre a été écrit grâce au carnet de notes rempli (ou non) sur le moment.

Latitude Zéro est un roman abordable pour tout le monde tant au niveau de la longueur que dans la complexité du lexique. La lecture peut-être fractionnée en plusieurs fois, cela ne pose pas de souci pour reprendre la continuité narrative.

Au final ?

Les exploits de Mike Horn ne sont pas surfaits, on s’en rend bien compte à la lecture de son expérience personnelle dans ce roman. On est même en droit de se demander si ce n’est pas sa folie présumée (et assumée) qui nous attire lors de cette lecture ? En tout cas, c’est avec certitude que je peux affirmer que le lecteur ne s’ennuiera pas et ira de déconvenue en émerveillement !

Ta note : 17 / 20

 

Clique ici pour acheter « Latitude Zéro » !

Vos petits mots

    • J’avoue que je l’ai rarement vu lire si rapidement un livre ! Ca devait donc être vraiment prenant ! Merci pour ton avis qui conforte celui de Flo !

  • Bon je vais essayer de ne pas être trop tranchante en donnant mon avis, mais cela va être dur s’agissant de ce livre en particulier…

    Je suis tout à fait d’accord sur le fait qu’il est très prenant, l’exploit est absolument incroyable et le livre est accessible à tout le monde.
    Mais pour le reste, j’ai trouvé Mike Horn extrêmement imbu de lui-même et condescendant. Je peux comprendre cette volonté d’atteindre son objectif et je la respecte, mais mettre sa vie sciemment en péril pour ça et retraverser une zone de conflit exprès, j’ai trouvé cela vraiment ridicule et égoïste.
    A un moment donné tu comprends quand tu vas trop loin ou quand tu te rapproches trop de la ligne rouge. Surtout quand tu as une famille qui sacrifie tout pour t’aider dans la réalisation de ton rêve.
    Et honnêtement, j’ai trouvé que c’était très mal écrit. D’accord, ce n’est pas son métier, et d’accord ce sont des extraits de son journal de bord, mais ils auraient pu faire un effort sur la syntaxe et la retranscription.
    Bref, j’ai détesté ce livre et je n’accroche pas du tout avec Mike Horn :/

    • Bonjour,
      Je comprends ton point de vue et je le respecte.
      Malgré tout, je ne peux pas juger non plus le fait qu’il se mette en danger sciemment, c’est son choix. Je pense que sa famille était parfaitement au courant des dangers. Les voyages qui sont maintenant très encadrés, sécurisés…, ne l’étaient pas nécessairement dans le passé plus lointain (les grands explorateurs). Nous pouvons dire la même chose des navigateurs qui se « mettent en danger » pour battre des records de traversée ou de tour du monde au péril de leur vie.
      Pour ce qui est de l’écriture, ce n’est effectivement pas de la grande littérature, mais faudrait-il en faire un roman avec une bonne syntaxe à tout prix? Cela reste son carnet à lui.
      Bref, je peux comprendre le fait que tu n’aies pas aimé ce livre, mais ça reste pour moi un exploit sportif et humain, une belle aventure.
      Bonnes fêtes!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.