HAUTE-GARONNE : Randonnée du Lac Vert

randonnée-lac-vert-pyrénées-haute-garonne

Ce sadique de Flo n’avait pas réussi à nous achever, moi et ma ceinture blanche de randonneuse avec son 1200m de dénivelé en Colombie. Alors il a décidé de récidiver. Chez nous, cette fois !

Mise en situation

Lui, le mercredi soir de fin août : « Samedi on va faire une rando, tu vas voir ça a l’air super beau ! On ira au Lac Vert puis au Lac Bleu ! »
Elle : « C’est comme les couleurs des pistes de ski ton affaire ? Non parce que je commence à être habituée avec tes randonnées foireuses où les télésièges de début de rando sont fermés, où je me fais courser par des vaches, où on perd un pote dans la mauvaise vallée, où on se retrouve à faire du toboggan vertical sur des rochers vertigineux… »
Lui : « Non, promis, cette fois-ci, ça ira. Tu es arrivée à faire un dénivelé de 1200m tranquille en Colombie, ça va vraiment le faire, c’est moins haut ».
Elle : « Je crois que ta mémoire TRÈS sélective a oublié le chapelet de jurons colombiens prononcés pendant 1h en continu à mesure que les muscles de mes mollets se contractaient tellement qu’ils me rentraient dans l’os… J’ai d’ailleurs mieux compris là-bas l’expression l’avoir dans l’os ! »

Petit coup de fil en douce à une personne qui me connaît plutôt très bien, comme s’il m’avait faite. D’ailleurs il m’a faite. C’est mon père. Grand randonneur, expérimenté de mes jérémiades d’altitude sous toutes les latitudes, il FAUT qu’il me donne son avis sur cette randonnée déjà pratiquée : Lac Vert ET Lac Bleu pour moi, petit padawan, sur une journée, envisageable ou pas ?

« NOOOOOON, que le Lac Vert, surtout pas le Bleu sur une journée ! »

(Note: toujours respecter ses parents, ils te sauvent la vie de nombreuses fois !)

Car papa avait raison. Comme d’habitude.
Lac Vert et Lac Bleu sur une seule journée avec mon petit niveau, ce n’était clairement pas possible.

« Et prends deux bâtons pour la descente ! »

Non, mais c’est bon, on en a un et de toute façon, la descente, j’adore.
Mais papa avait raison. Encore. C’est agaçant !

Allez, serre tes lacets, on t’emmène sur la rando du Lac Vert !

randonnée-lac-vert-pyrénées

Localisation géographique

Il est situé en Haute-Garonne, proche de Luchon, dans la vallée du Lys.

Comment y aller ?
Coordonnées GPS: 42° 44′ 0.18 » N / 0° 33′ 0.36 » E

Depuis Bagnères, suivre la route de l’Hospice de France (D125).
Au bout de 5km, emprunter à droite en direction de la Vallée du Lys (D46);
3km plus loin, laisser la D46 qui monte à Superbagnères pour poursuivre tout droit sur la petite route de la Vallée du Lys.
Se garer au bout de 2km, sur le parking près de de l’auberge.

Informations pratiques

Altitude : 2100m
Dénivelé : 950m
Itinéraire : boucle
Temps estimé de montée / de descente : 3h / 3h
Niveau de difficulté pour Corinne (débutante) : +++(+)   et pour Florent (expérimenté) : ++
Balisage : Correct

La montée au Lac Vert

Il est 9h, il fait froid et humide. Le soleil ne perce pas encore. Les paupières collent et les cils aussi. On serait bien sous la couette non ? Non. Allez motive toi, mets tes chaussures, ta polaire, on y va. Bon.
On passe sous un arbre, et c’est complètement dingue : il a conservé la chaleur de la veille, on sent un courant d’air chaud en passant sous son feuillage… Puis de nouveau le froid qui fait rougir les nez.

Le bois

On laisse sur la droite le chemin menant au Gouffre d’Enfer pour s’enfoncer dans le bois.
Une jolie cascade aménagée nous accueille de son glou-glou apaisant. Ah non. Qui donne envie de faire pipi, en fait ! Non, je plaisante, pas encore envie. Quoique…

randonnée-lac-vert-première-partie-pyrénées
C’est la partie de la montée la plus pénible : pas de vue dégagée, un décor monotone et un sentier qui monte en lacets larges. On s’amuse à chercher les champignons et à trouver le nord en regardant la mousse. Aucun des deux n’est évident. La mousse est partout, de tous les côtés ! Si j’étais scout sans boussole, j’aurais été perdue en un éternuement avec cette méthode !

montagne-bois-randonnée-lac-vert-haute-garonne

bois-randonnée-lac-vert-pyrénées

Alors que je souffle comme un bœuf, on se fait doubler par deux couples de retraités. PARFAIT pour le moral, les gens. MERCI.

On sort enfin du bois et là je sens que je vais moins rigoler. Déjà que je bouffais l’humour par les racines depuis le 2ème lacet… Le dénivelé, je le vois à l’oeil nu. Pas besoin de carte topologique. Flo m’attend plus qu’il ne marche. D’ailleurs de mon côté, je ne marche plus, je me traîne par les plantes de pieds.

avis-randonnée-lac-vert-pyrénées

randonneur-lac-vert-pyrénées

La montée depuis la cabane de la Coume

C’est là que les choses sérieuses commencent. Le reste n’était qu’un échauffement servant à tomber la polaire en fait !
La cabane de la Coume nous présente des enclos de bétail vides. Mmmmh. Encore des vaches en liberté dans le coin ? J’aime pas trop beaucoup ça…

Sur ce petit sentier à flanc de pente, je saisis n’importe quel prétexte pour faire une pause : la traversée à gué d’un ruisseau, les  cascades à admirer, des fleurs violettes étranges …

Ooooooh un scarabée ! Le pauvre, il en bave autant que moi, on dirait !

flore-montagne-randonnée-lac-vert

cascade-randonnée-Lac-Vert-Pyrénées

On arrive à la bifurcation du Lac Vert. Il y a un peu de monde entre ceux qui descendent, ceux qui montent et nous, qui étudions la carte, indécis. Enfin surtout Flo. Moi je tente de retrouver de l’oxygène et une couleur normale.

Tiens, des bruits de cloches ! Ils m’apportent la confirmation visuelle que je n’ai rien à craindre de la part des vaches puisqu’avec les cloches, ce sont des moutons ! Avec de grosses cornes, certes, mais plus intéressés par l’herbe que par nous… Tant mieux parce qu’à ma vitesse d’escargot, je ne vais même pas échapper à l’agneau en cas d’attaque !

Encore une bifurcation, nous voici à celle avec le sentier du Col de Pineta. Important de ne pas se tromper là ! Sinon, je t’annonce le décès de tes deux poumons si tu as mon niveau.
Après cette bifurcation, les gros nuages bien gris commencent à s’amonceler autour de nous et des sommets. C’est aussi le début des « on est bientôt arrivés là ??? » et des « bientôôôôt !! ». Il faut dire qu’on monte depuis 2h, on a déjà vidé une bouteille d’eau de 1,5L.
Le paysage à partir de ce moment est grandiose ! Les dégradés de vert sont dingues, les pentes vertigineuses et l’effet de profondeur avec la vallée monumental !

randonnée-difficile-lac-vert-Pyrénées
Pour toi public : la réalité derrière les photos qui font rêver de paysages magnifiques ! Le blogueur voyage donne tout…

L’arrivée au Cirque de Grauès

2h30 de marche pour y arriver.
LA fausse joie de la rando. Tu crois être arrivé, ENFIN, et tu te retrouves face à un « lac » grand comme un lac du monde de Mickey. Forcément, tu comprends vite que tu n’es PAS arrivé ! Argh. Chapelet de jurons de la mort qui tuent un scarabée. Celui de tout à l’heure, au hasard.
Tu lèves alors les yeux. Waouuuuh ! Ça c’est du cirque ! Des cascades descendent le long de la paroi verdoyante…
Le seul petit inconvénient ce sont ces nuages gris-noirs qui arrivent de plus en plus vite. On reprend donc la marche…

rando-lac-vert-pyrénées-cirque-grauès
Où est Flo ?

Et là, biiiiim, élément pertubateur numéro 1 de la narration : une crampe monumentale sous la plante du pied qui me plie en deux au moindre mouvement. J’ai beau étirer, ne plus bouger, enlever la chaussure, faire des exercices de respiration de préparation à l’accouchement, jurer, faire le vide, rien n’y fait, au moindre mouvement, ça repart de plus belle. Il commence à crachiner, fantastique ! Vingt minutes plus tard, la douleur se calme enfin et nous pouvons nous remettre en route…
Je suis presque résignée à ne pas pouvoir le voir, ce lac. Quand soudain, IL EST LÀ, derrière une butte !! Ouiiiii !
J’aurais bien fait ma chorégraphie de cheerleader rouillée si j’avais été convaincue que la crampe ne reviendrait pas !

arrivée-lac-vert-pyrénées

Le Lac Vert

Nous avons prévu de déjeuner là mais le temps contrecarre un peu nos plans. Ça crachine toujours alors tant pis, on décide de ne pas s’arrêter, au cas où. Il n’y a pas vraiment d’abri ici. Deux barres de céréales et on repart en longeant le lac.
Je suis un peu déçue au premier abord. Les couleurs sont plutôt ternes, comme sur la photo de couverture de l’article (c’était pour voir si tu étais motivé à lire le contenu cette photo…). Mais tout d’un coup, les nuages s’éloignent et quelques rayons de soleil changent complètement la donne. On se retrouve face à une émeraude brute et son nom de Lac Vert prend alors tout son sens ! Une vraie merveille ! Laisse tomber 50 nuances de Grey et teste les effets de 50 nuances de Green !!

panorama-lac-vert-randonnée-pyrénées-haute-garonne

AUCUNE photo ne rend grâce au paysage que nous avons vu ce jour-là. Ça a eu l’effet d’un accouchement : j’ai oublié la douleur des trois dernières heures ! (bon, j’y vais peut-être un peu fort, un accouchement, selon mes copines, c’est comme se prendre un tramway sur le corps, mais bon, tu saisis l’idée.)
Les nuages noirs reprennent leur réunion avortée alors Flo me désiamoise de ma lentille photographique. Le sentier n’est pas si évident à trouver pour redescendre en continuant la boucle : il faut passer sur un énorme rocher non balisé après avoir franchi à gué son déversoir avec en contrebas une immense cascade, mais d’autres personnes en sens inverse nous confirment notre supposition.

haut-cascade-lac-vert-pyrénées

La descente du Lac Vert

En théorie ma partie préférée ! En théorie ! Cette randonnée m’a rappelé que dans la vie, on n’est sûr que d’une chose : on n’est sûr de rien !

descente-depuis-Lac-Vert-Pyrénées

Descente jusqu’à la cabane de Prat Long

Au début tout commence bien. On descend tranquillement à flanc de pente en admirant la ligne de crête en face. C’est marrant, nous étions là-bas, à Superbagnères, deux mois auparavant, en train de tester le vélo électrique avec le Comité Départemental de Haute-Garonne, lors d’un blogtrip ! Si la brume n’était pas tombée ce jour-là, ce que l’on voit lors de cette descente aurait été le panorama depuis la station de ski. Waouh !
Ça doit être tout aussi sublime depuis un télésiège en hiver !
Quelque part tant mieux qu’on le découvre seulement maintenant, ça m’offre une satisfaction manifeste, juste récompense de tous ces efforts surhumains !

crete-superbagnères-depuis-lac-vert-pyrenees

Puis arrivent les deux passages délicats annoncés par la personne âgée que nous avons croisée peu de temps auparavant. Oh putaiiiin ! Non mais délicat, c’est pour parler du linge ! Pas du vertige ! Si tu es comme moi et que tu as le vertige sur une paroi, cette descente n’est pas pour toi…
Premier passage « délicat-sa-mère-je-vais-mourir » : tu traverses un rocher suffisamment lisse pour voir un escargot faire de la luge sur coquille et se fracasser plusieurs mètres plus bas, dans l’à-pic.
Deuxième passage « maman-je-vais-mourir-sans-aimer-le-vin-rouge » : tu as l’impression de franchir un niveau à Mario Bros parce que là, c’est tellement dangereux qu’ils ont carrément mis un câble pour ne pas se tenter d’office la luge sur coquille !
Et encore, nous y étions par temps sec. Je déconseille totalement ce chemin s’il pleut ou s’il a plu !

passage-délicat-descente-lac-vert

descente-compliquée-lac-vert-haute-garonne

Avant d’arriver à la cabane de Prat Long, enterrée, on traverse le troupeau de moutons. Paisibles, les réserves de pulls ! Pas comme les vaches !

sortie-randonnée-pyrénées-difficulté-moyenne

Bon… C’est à partir de maintenant que ça commence à devenir très compliqué pour les articulations. On en est à environ 1h45 de descente. Ça tirait déjà avant mais là, ça devient franchement douloureux.
Lors de cette descente, tu n’as pas 5 minutes de répit pour tes amortisseurs. Les cailloux sous petits, glissants, tu freines tout le long.
Après avoir traversé le ruisseau, j’implore Flo de nous arrêter. Mes genoux sont en feu, j’ai beaucoup de mal à tenir debout. C’est la première fois que ce genre de chose m’arrive. D’habitude j’adore les descentes et je ne traîne pas la patte, contrairement à la montée.

randonneurs-chemin-lac-vert-pyrenees
On se sent petits quand même par ici…

Descente à partir de la bifurcation du Lac Vert jusqu’au parking

Nous retournons sur le chemin que nous avons emprunté à la montée.
La douleur devient intolérable pour moi. Je m’arrête tous les 10 mètres, me demandant comment je vais trouver les ressources pour arriver jusqu’au parking.
Cette partie s’effectue en environ 30min. J’ai mis 1h.

Initialement, nous avions prévu de faire la petite boucle qui permet de passer par la Cascade d’Enfer, avec une pente plus douce mais plus longue. N’en pouvant plus, on a choisi finalement d’aller au plus rapide. Tant pis pour ce lieu au nom prometteur mais j’y suis déjà, en enfer !

Je termine la descente en pleurs. Littéralement. Mes tendinites aux genoux, en dormance depuis des années, se sont réveillées. A chaque flexion, elles irradient dans mon corps entier.
Je m’endors dans la voiture avant même que Flo ait passé la marche arrière pour sortir du parking. J’ai tout donné pendant ces 7h !

lac-montagne-pyrénées-sud-ouest

Au final, cette randonnée du Lac Vert ?

Il s’agit d’une randonnée magnifique. Les paysages sont variés et si tu as la chance d’avoir du soleil, ils t’enchanteront la cornée. La multitude de cascades croisées est un ravissement supplémentaire. Mais elle se gagne, cette rando ! On a trouvé la descente particulièrement éprouvante, à freiner sans cesse.

Le meilleur conseil que l’on puisse te donner, c’est celui de Papa Coolture : prends deux bâtons pour te soulager sur le chemin retour !

rando-magnifique-Occitanie
A la prochaine ! (mais pas trop vite !)

 

Toi aussi tu aimes te prendre pour un dahu des sommets ? Rappelle-toi ta nature sauvage en épinglant cet article sur Pinterest !

avis-débutante-randonée-lac-vert-pyrénées

 

 

 

 

Vos petits mots

    • Merci Célia pour ton soutien de petit padawan !
      On te conseille la randonnée du Lac d’Oô si ce n’est pas déjà fait. Le lac est magnifique et la rando est vraiment facile. Je l’ai faite à l’école primaire puis en 6ème puis en 3ème ! C’est l’incontournable du département !

  • C’est pas bien mais j’ai ri aussi. Perso j’aurais sûrement été dans le même état que toi donc soit fière, en tout cas merci pour l’article (et la rigolade haha)

  • Ahah, ton article m’a tellement fait rire (désolée, c’est pas bien de rire de la souffrance des copines). Bon, avec un peu d’entraînement avant ça fait bien envie quand même tout ça ! Ca a l’air beau là-haut.

    • Le problème c’est qu’on se dit toujours qu’avec de l’entraînement ça ira mieux mais on n’a AUCUNE envie de le faire cet entraînement !! Là-haut, c’est franchement superbe. Je le conseille fortement malgré tout. Mais tu sais que tu as signé pour en baver !

    • Effectivement, toujours écouter son papa ! Ou à minima, le mien !! Bien bien moins drôle sur le moment, je confirme… Même si mes râleries sont parait-il très drôles aussi… Mais que veux-tu, je sors avec un sadique !?

  • Ça me rappelle moi avec le Tongariro (en moins pire)! Tu m’as bien fait rire ! j’adore le ton de cet article mais je compatis totalement ! J’aurais été exactement comme toi ^^
    Cette rando a l’air vraiment top mais comme tu dis elle se mérite !
    Après ça tu as dormis deux jours non ? :p

    • Je suis extrêmement contente de lever un tabou : celui de la prétendue ultra-puissance en toutes circonstances ! Toutes les belles choses se méritent d’une façon ou d’une autre, non ?
      J’ai dormi tout le trajet retour et comme un bébé la nuit qui a suivi… Ensuite je ne dormais plus, j’avais trop mal !!!

    • Mais ouiiiiiii il faut y aller ! Et maintenant tout un chacun peut se lancer le défi de faire mieux que moi ! (défi pas très compliqué, je rappelle que deux couples de retraités m’ont dépassée sans faire aucun bruit avec leur système respiratoire !)

  • J’adore cette randonnée pour l’avoir faite une bonne dizaine de fois quand j’étais ado, mais je garde un très mauvais souvenir de ces deux passages difficiles, surtout le second !!! Je te trouve courageuse, perso j’ai crié et pleuré, ça m’a terrorisée.
    Il y a deux façons de faire cette rando: en aller-retour, ce que je faisais toujours, et en faisant une boucle qui fait passer par ces deux passages. Je n’ai fait la boucle qu’une fois, et plus jamais crois-moi!!!

    • Merci pour ton témoignage ! Effectivement, je conseille aux personnes qui ont le vertige de faire l’aller retour et de ne vraiment pas passer par là. Seule, j’aurais rebroussé chemin je crois… Heureusement que Flo me tendait la main de l’autre côté et me disait (ou tentait de me dire) des paroles apaisantes.

  • J’adore ton texte plein d’humour malgré la difficulté et les douleurs que tu as eu au cours de cette randonnée.
    Et sinon merci pour la découverte, ça a l’air vraiment superbe ! Je suis fan de rando et ça donne bien envie d’aller voir ses paysages un jour !! 🙂

    • Merci beaucoup ! En dépit de toutes les souffrances, je recommande quand même cette superbe rando ! (mais avec un joli soleil si possible)

  • Une rando où tu étais verte avant même d’arriver 😉 mais comme toujours après l’effort, le réconfort de découvrir un joyau dans son écrin de nature !

    • Mais oui, c’est tout à fait ça !!! Tant pour le teint olive que pour la découverte qui annule (presque) tout !
      J’aurais été dégoûtée si ça avait été « moche » par contre !!

  • Pour sauvegarder les genoux dans les descentes, une seule solution: faire l’emplette d’une paire de bâtons de marche.
    Enfiler les poignets dans les lanières comme avec les bâtons de ski, pour ne pas avoir besoin de les serrer avec les mains, étirer les bâtons sur la longueur télescopique maximum, apprendre à freiner la descente en mettant le maximum de poids sur les deux en même temps tous les deux pas.
    Merci Jean-Pierre pour les conseils. ← Ceci pour t’éviter de perdre du temps en civilités inutiles, je prends tout en charge. Bisous. JP

    • Oui, oui, maintenant que j’ai fait l’ânerie une fois, ça m’a bien servi de leçon ! Je m’équiperai pour la prochaine belle saison ! Mais du coup l’article sera moins drôle !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *