Cartes postales de Grèce – Victoria Hislop

chronique-cartes-postales-grèce-victoria-hislop

J’ai complètement craqué sur Cartes postales de Grèce en rayon de librairie. Par contre, ce n’était pas sur la couverture cette fois ! Je déroge aux bonnes habitudes ! Non, j’ai craqué sur la forme que prend le livre ! Je t’explique tout ça un peu plus loin.

couverture-cartes-postales-grece

De quoi  parle Cartes postales de Grèce ?

Dans sa boîte aux lettres, Ellie trouve, semaine après semaine, des cartes postales signées d’une simple initiale : A. Ces cartes ne lui sont pourtant pas destinées. Pourquoi lui parviennent-elles ? Qui est l’expéditeur ? Mystère.

Portant l’éclat du ciel grec et l’eau cristalline de la mer, ces missives sortent la jeune femme de sa morosité quotidienne. Un jour, elles cessent cependant d’arriver. Ellie se sent délaissée, privée de cette bouffée d’oxygène qui la faisait rêver et voyager. Elle prend alors une décision : découvrir ce pays par elle-même.

Le matin de son départ, Ellie reçoit un carnet par la poste. L’odyssée d’un homme, le fameux A, y est racontée. Celui-ci observe avec tendresse et générosité les Grecs, leurs coutumes, et ce qui fait le sel de leur quotidien. Derrière ses observations et ses savoureuses anecdotes se dessine le portrait d’un homme blessé.
Pourrait-il encore croire en l’amour ?

avis-roman-cartes-postales-grèce-victoria-hislop

Mon avis sur Cartes postales de Grèce ?

Ce qui fait toute l’originalité de ce roman, c’est incontestablement sa forme : il est présenté sous la forme d’un carnet de voyage avec des notes et… des cartes postales ! Oui oui, il y a des reprographies de cartes postales en couleur à l’intérieur d’un pavé littéraire de 429 pages ! Si tu connais ma passion pour ce type d’écrit, tu te doutes bien que j’ai été un public acquis d’avance… C’est la première fois que j’ouvre à ma connaissance un roman avec des illustrations en couleur. Cette forme n’a pas cessé de me surprendre jusqu’à ce que je le termine.

Après la forme, le fond. Victoria Hislop est connue dans le milieu littéraire pour avoir écrit six livres évoquant la Grèce, dont le très célèbre L’île des oubliés (que je n’ai pas lu). Pourtant, elle est anglaise. Ce qui d’autant plus admirable car le moins que l’on puisse dire, c’est qu’elle sait excessivement bien comment nous pousser à l’achat compulsif de billet hellénique !

Son travail de documentation incontestable nous embarque dans une odyssée grecque contemporaine. Je suis allée deux fois en Grèce enfant mais je n’en garde quasiment aucun souvenir. Excepté le site du Monastère des Météores ! J’ai donc eu grand  plaisir à redécouvrir ce dernier dans le livre sous la forme d’une nouvelle rapportant une légende campagnarde.

Chaque chapitre de ce « carnet de route », nous conte une histoire populaire en relation avec le lieu de résidence actuel du narrateur (il fait le tour de la Grèce). C’est tout autant ce qui fait la variété du roman (il y en aura pour tous les goûts entre amour, amitié, démêlés familiaux, peur, sourire…) et qui, dans le même temps, peut lasser. En dépit de tout le reste, j’ai failli arrêter ma lecture à la moitié. Je trouvais qu’il y avait trop de nouvelles. Je me lassais de devoir investir toute ma concentration pour m’imprégner d’un lieu et de personnages que je devais laisser partir quatre pages plus loin. C’était beaucoup trop pour mon cerveau déjà extrêmement sollicité par une rentrée en grande pompe au travail. Je suis persuadée que je n’ai pas ouvert Cartes postales de Grèce au meilleur moment de mon année car les histoires contées sont réellement passionnantes, même s’il peut être difficile de s’attacher aux personnages. L’auteur s’attache davantage à décrire leurs actes plutôt que leur âme.

cartes-postales-grece-hislop- avis-roman

Au final ?

Si tu es un passionné de culture grecque, lis ce roman.
Si tu apprécies le style des carnets de route, lis ce roman.
Que tu sois un homme ou une femme, lis ce roman.
Il ne s’agit nullement d’une bluette comme son résumé pourrait le laisser penser. Tu partiras surtout à la découverte de la Grèce, celle d’aujourd’hui et celle d’hier. Je parie que tu découvriras même une Histoire qu’on ne nous a jamais présentée sur les bancs de l’école.
Pour son originalité, lis ce roman.
Mais choisis bien ton moment ! Il faut être « disponible » des neurones pour le mener à terme !

Ma note : 15 / 20

 

Je remercie les éditions Les Escales pour cette lecture contribuant à la partie « bibliographie du voyageur ».

Tags from the story
, , , ,

Vos petits mots

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *