Un film sur l’Inde : LION (2017) – Garth Davis

film-lion-2017-Garth-Davis

Lion est présenté comme étant le nouveau Slumdog Millionnaire. Ayant adoré ce film, il n’a pas fallu très longtemps pour me convaincre d’aller le voir. Au final, hormis trois similitudes (un destin exceptionnel, une ascension sociale soudaine, l’Inde), j’ai trouvé ces deux longs-métrages différents.

film-Lion-2017-Garth Davis

De quoi parle Lion ?

 Une incroyable histoire vraie : à 5 ans, Saroo se retrouve seul dans un train traversant l’Inde qui l’emmène malgré lui à des milliers de kilomètres de sa famille. Perdu, le petit garçon doit apprendre à survivre seul dans l’immense ville de Calcutta. Après des mois d’errance, il est recueilli dans un orphelinat et adopté par un couple d’Australiens. 25 ans plus tard, Saroo est devenu un véritable Australien, mais il pense toujours à sa famille en Inde.

Armé de quelques rares souvenirs et d’une inébranlable détermination, il commence à parcourir des photos satellites sur Google Earth, dans l’espoir de reconnaître son village.
Mais peut-on imaginer retrouver une simple famille dans un pays d’un milliard d’habitants ?

Mon avis sur Lion ?

J’écris cette chronique à chaud, 1h après avoir quitté la salle. Je suis toujours bouleversée. C’est le mot que j’ai partagé trois fois depuis le générique de fin. Il est difficile de poser des mots qui ne paraîtront pas désuets face à la puissance du scénario.
Déja, Lion, c’est une « gueule ».  Celle de Saroo enfant. Un petit garçon qui m’a fait penser tout le long à celui de La vie est belle. Jambes arquées, débrouillard, souriant et discret. Livré à lui-même malgré lui. Ses grands yeux noirs sont un océan de sentiments sur lequel le spectateur doit surfer et parfois se noyer. On n’a qu’une envie : traverser l’écran et prendre par la main cet enfant abandonné qui doit affronter des dangers bien grands pour ses petits poings.
La vie de Saroo se résume en un mot : adaptation. Il lui en faut du courage du haut de ses trois pommes pour franchir toutes ces épreuves. Je ne sais pas si même un adulte serait capable de survivre à ce qu’il a vécu.
Lion c’est aussi une histoire vraie et savoir cela entraîne nécessairement le fait de ressentir plus intensément l’histoire. Sur ce point, le final est magistral. C’est simple, j’ai fini en larmes. Pas la larmichette du coin de l’oeil. Non non. La bonne grosse larme qui coule sur la joue.  Je ne veux pas spoiler mais juste te dire de ne pas être orgueilleux : prends des mouchoirs !!!
J’ai été profondément choquée de voir un enfant implorant à l’aide dans une ville immense comme Calcutta, et son appel resté sans réponse. La seule fois où ça m’est arrivé, c’était à Disneyland en plein été (pas taper, ça arrive même aux meilleurs !) et j’ai de suite alerté le personnel du parc pour ne pas laisser ce bout de chou seul comme ça. Comment en est-on arrivé là ? On se déchaîne pour sauver des bébés phoques mais on n’est même pas fichu de tendre la main à un bébé de notre propre espèce ?
J’ai également découvert grâce au film et avec effroi les multiples dangers qui guettent les enfants des rues en Inde. J’avoue avec honte que je n’y avais jamais songé.
Je suis un peu embêtée de museler ainsi mon avis car j’aurais des choses à rajouter mais la puissance de ce film réside aussi dans la découverte des événements en direct. Alors je me bâillonne volontairement pour ne pas gâcher les effets de surprise dans l’intérêt de ton émotion cinématographique.
film-Lion-2017-Garth Davis

Au final ?

Grandiose. Magistral. Bouleversant. Émouvant. On ne sait même plus comment décrire ce film. Peut-être par INCONTOURNABLE ? Ne serait-ce que pour se rappeler quelques valeurs humaines indispensables ? Pour se faire une petite dose d’espoir ?
L’an dernier, Chala une enfance cubaine m’avait ébranlée. Cette année ce sera Lion.
En tout cas, si j’avais des doutes sur ma capacité à voyager en Inde, maintenant je sais : NON, à ce jour je ne peux pas. Mes émotions m’engloutiraient totalement.
Ah au fait, tu te demandes peut-être pourquoi ce titre, LION ? Il faudra rester jusqu’au générique de fin pour le savoir !

Ma note : 19/20

Tags from the story
, , ,

Vos petits mots

  • Oh comme je partage ton avis ! Lion m’a également bouleversé ! Je n’avais plus pleurer comme ça devant un film depuis longtemps … et je n’étais pas la seule (ouf!). L’histoire de Saroo ne m’a pas quitté pendant plusieurs jours, et dès que résonnaient les premières notes de Sia, boum l’émotion revenait ! Je suis contente de lire un autre article sur ce film car toute la lumière est braquée sur La La Land dernièrement, et pourtant, il mérite tellement que l’on parle aussi un peu de lui !

    • Ca c’est sûr que pour marquer, il marque ! Flo l’a été même plus que moi. La La Land ne m’intéresse pas des masses en fait après avoir vu la bande annonce. Mais celui-ci j’attendais avec impatience de pouvoir aller le voir !

  • En effet, ce film est tout aussi bouleversant que Slumdog Millionnaire et ne laisse vraiment pas indifférent. Et tout comme toi je me suis fait la même réflexion sur le fait de visiter l’Inde. Même si je suis convaincue qu’il y a de très belles choses à y découvrir, je ne me sentirais pas capable de faire abstraction de la dureté de la vie là-bas, d’autant plus quand elle touche des enfants. La belle leçon du film c’est que, lorsqu’elles sont utilisées à bon escient, les avancées technologiques permettent de faire des miracles !

    • Je partage complètement ton avis… Malheureusement, dans ces mêmes pays, les avancées technologiques ne permettent pas que de faire des miracles…

    • Je comprends totalement ! Je le regarderai également à nouveau avec plaisir mais un peu plus tard, quand mes souvenirs se seront un peu émoussés pour retrouver les sensations (ou presque) de la première fois !

  • Je l’ai enfin regardé hier soir. J’ai été bouleversée à mon tour. Les émotions que l’on ressent en regardant ce film sont multiples et indescriptibles. Moi aussi j’ai pleuré. Comment ne pas pleurer devant une telle histoire ? C’est incroyable !
    Je n’avais pas voulu lire ton résumé tant que je n’avais pas vu moi même le film. Autant dire que je partage tout à fait ton point de vue…

    • Je crois que ceux qui restent insensibles à ce film n’ont pas de cœur ! Ce n’est pas possible ! Contente qu’il t’ait plu en tout cas. Rares sont les films à mettre dans un tel état !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *