TOULOUSE : Le musée Saint-Raymond devient swag !

Je-teste-musée-saint-raymond-toulouse

« – On va au musée ?
– Euh… tu veux dire hors Nuit Européenne des musées, hors concert, hors atelier carnet de voyage, hors tout événement qui rend la chose un peu attractive ?
– Ouais…  »
>>>>> Recherche d’excuse-excusable-mais-imparable en chargement <<<<<<

Musee-Saint-Raymond-Toulouse

Les musées et moi

Tu l’auras donc compris, les musées et moi, ça fait beaucoup de personnalités d’un schizophrène morbide !
La faute à plusieurs choses :

  • Comme les haricots verts, les choux de Bruxelles, les épinards, les aubergines, il paraît que c’était bon pour ma santé étant gamine et j’en ai fait une overdose suite au gavage. Marche aussi avec les églises en Italie et les temples en Thaïlande !
  • C’est mouuuuuuuuu ! Si tu veux être en sécurité, tu peux aller dans un musée. Il ne se passe rien. Les pierres du temps jadis ne bougent pas d’un poil de puce, même les guides semblent figés parce que malgré tes oreilles intactes de tes 11 printemps, tu n’entends rien à ce qu’ils racontent !
  • Les « surveillants » du musée te fixent comme si tu étais un terroriste infiltré. Alors pour détendre l’atmosphère, tu souris. Alors ils froncent les sourcils. Bref, t’es encore plus louche !
  • Devant l’humour des personnes environnantes, même une blague Carambar remporterait un trophée du rire !

Je ne te raconte pas la catastrophe quand, au cours de cette dernière décennie, j’apprenais que je devais accompagner les classes dans lesquelles je remplaçais dans des musées en sortie scolaire ! Le ciel me tombait sur la tête, par Toutatis ! C’est une chose de m’ennuyer moi, tout seule, comme une grande… Tu penses bien que j’ai développé des stratégies d’évitement discrètes depuis le temps ! Mais comment, bon sang de bois, être crédible quand tu dois susciter de l’intérêt auprès de ces adultes en devenir quand à l’intérieur de toi-même c’est le vide intersidéral et que tu as des fourmis dans la poudre d’escampette ?
J’exagère à peine ! Certains musées ont mis en place des ateliers vraiment intéressants pour les enfants après les visites et même un peu plus d’interactivité, de jeux, au cours des visites, c’est appréciable (j’en profite aussi, hein). Mais certains, reconnus et réputés, continuent de me décevoir et je termine la journée de sortie scolaire vidée comme un verre de pastis à 19h en plein mois de juillet !

Le musée Saint Raymond était parmi mes moins populaires de la liste toulousaine. Pas le dernier mais loin d’être le premier ! Je m’y suis ennuyée sec ! Pourtant, j’adore connaître l’histoire de ma ville et la présence du cimetière antique en sous-sol avait tout pour me plaire ! La sauce n’a pourtant pas pris. Les épices avaient été oubliées. Alors quand j’ai vu passer sur les réseaux sociaux un événement proposant une visite « pour les personnes n’aimant pas les musées », j’ai sauté sur l’occasion et je me suis inscrite ! Z’avez du boulot avec moi les copains !!!

Musee-Saint-Raymond-Toulouse

Le musée Saint-Raymond se réinvente

C’est quand même dingue que ce soit le musée archéologique, donc aimant les vieux machins dans la terre, qui fasse le premier pas vers l’aspirateur et la voltige de poussière qui auréole le mot « musée » !

La visite pour ceux qui n’aiment pas les musées

Là c’est du gros challenge ! Ils sont couillus quand même !
Même si dans les faits, il semblerait que j’eusse été la seule vraie challengeuse (+ une autre qui rouméguait souvent mais qui n’avait pas osé se revendiquer anti-musée devant les autres participants) ! Les personnes présentes étaient surtout là pour tester une nouvelle manière de visiter un musée, elles étaient là en quête de surprise. En ont-elles eu pour leurs 5€ ?
A mon sens oui !
1h30 enfermée et je n’ai pas vu le temps passer. J’ai été bluffée !
Le jeune guide, dynamique et débordant d’imagination alterne phases de jeu et apports théoriques. C’est ainsi que tu vas te retrouver à comparer les objets de l’antiquité à nos objets contemporains, à associer les têtes des empereurs frappés sur des pièces de monnaie à leurs statues, à jouer à un jeu de dé au milieu des 12 travaux d’Hercule… Et le clou de la sortie… Je te laisse aller le découvrir tout seul ! Mais ça envoie du pâté croisé avec du foie gras !

NB : A titre d’exemple : savais-tu que les romains jouaient aussi aux playmobils ? Ils conservaient le buste des statues des empereurs mais n’en changeaient que la tête ! Il faut dire que ça se succédait rapidement au pouvoir à cette époque, on ne faisait pas de simagrées quand une tête ne nous revenait pas !

Buste-empereur-musée-saint-raymond-toulouse
On voit bien le profil de playmobil !

Jeu-douze-travaux-hercule-MSR-Toulouse

 

Musee-Saint-Raymond-Toulouse

 

Informations complémentaires sur le site internet du MSR

La soirée Mythic

Comme toutes les personnes ayant vu cette info passer sur les réseaux sociaux, je me suis dit que le musée devenait 3ème dan de la swagitude : il faisait se rencontrer les amoureux des musées et pourquoi pas créer des couples d’aficionados (et enrayer ainsi la maltraitance culturelle des conjoints n’aimant pas les musées).
Finalement j’avais presque tout faux. Le visiteur participera à des speed-dating avec… des statues ! Il apprendra à les connaître et à l’issue de la soirée, il devra élire l’élu de son cœur. Concept original et marrant !
Mais quand même, le personnel du musée m’a assuré que des couples s’étaient formés au cours de ces soirées… Chut ! Restons discrets à ce propos !

J’ai choisi de te parler de deux activités qui m’ont interpelée mais sache que le musée Saint-Raymond en propose encore plusieurs autres ! Je t’invite pour cela à aller regarder leur site internet pour découvrir le panel !

Joker du musée Saint-Raymond : son cadre

L’avantage de ce dernier, c’est qu’on n’a pas besoin d’aimer les musées. Il suffit d’avoir les yeux ouverts et de s’émerveiller devant la beauté du monde.
Tant à l’intérieur qu’à l’extérieur, tout est fait pour charmer nos rétines. Sur le parvis de l’entrée du musée, tu trouveras une petite cour cachée qui accueille un petit bar où j’adore aller siroter une  menthe (à l’eau) aux beaux jours.

entrée-musée-saint-raymond-toulouse

A l’intérieur, je ne peux que te conseiller de ne pas rester les yeux rivés sur les statues et de profiter de la vue du premier étage notamment, avec ses larges baies vitrées qui offrent un joli point de vue sur les briquettes des voisins !

vue-depuis-musée-saint-raymond-toulouse

Statues-avec-vue-sur-Toulouse-MSR

Je ne sais pas si je t’ai convaincu ? Pour ma part, ma représentation a changé à propos de ce musée et j’attends avec impatience que d’autres en prennent de la graine !
Et toi alors, tu es plutôt dans l’équipe de Flo qui aime bien fréquenter les musées ou de la mienne, fan par « obligation de la paix des ménages » ?

Tags from the story
, , ,

Vos petits mots

    • Tu triches à moitié ! Tu ferais partie de la catégorie qui souhaite découvrir les musées autrement ! (ce que je conçois totalement !)
      Le concept est génial oui, ils ont eu une bonne initiative !

    • Oui, c’est exactement ça et ils y parviennent très bien. Arriver à convaincre les sceptiques c’est très bénéfique : quelle meilleure presse que celle des traditionnels râleurs finalement satisfaits ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.