Mes meilleures lectures de 2016

Je me rends compte que j’ai eu un rythme de boulimie de livres assez intense cette année !
Mes meilleures lectures ont été effectuées en début d’année. Sur la fin, je traverse plutôt un passage à vide avec des romans dans lesquels j’ai du mal à rentrer ou qui ne me touchent pas, torturés de la narration, ou encore écrits sous l’effet d’un champignon hallucinogène !
Concentrons-nous donc sur le positif pour terminer ce dernier mois :

Les lectures des grands

Les romans

Nora ou le paradis perdu de Cecilia Samartin

Nora ou le paradis perdu Cecilia Samartin

Il s’agit d’un roman qui se déroule à Cuba. On suit Nora de ses 11 ans à l’âge adulte avec entre-temps une émigration aux Etats-Unis. Une narration simple et efficace, des rebondissements et des émotions à chaque page. Un vrai roman historique qui t’explique la révolution cubaine de manière extraordinairement romancée. Un roman fort, magique et très réaliste pour les sceptiques qui connaissent l’île.

Ma chronique de Nora ou le paradis perdu est ici.

La perle et la coquille de Nadia Hashimi

La perle et la coquille de Nadia Hashimi

Voilà certainement mon plus gros coup de coeur 2016. Le livre qui reste en tête et dans le cœur des mois après. Le livre qui vaut la peine que tu le trimballes pendant un mois à l’autre bout du monde dans ton sac à dos alors que tu l’as dévoré en quelques jours à peine ! On part en Afghanistan. Je sais, ça ne te vend pas du rêve de prime abord et ce pays est plutôt connoté négativement. Et pourtant. Tout comme les romans de Khaled Hosseini, celui-ci est d’une beauté et d’une puissance indescriptible sur la condition des femmes. On suit Rahima, toute jeune adolescente, obligée de se travestir en garçon afin de subvenir aux besoins du foyer dont le père, toxicomane, est aux abonnés inactifs. En devenant une « bacha posh », elle suit, sans le savoir réellement, les traces de son ancêtre Shekiba, un siècle plus tôt.

Ma chronique de La perle et la coquille est ici.

Le jour où Anita envoya tout balader de Katarina Bivald

Sceptique après le premier roman de l’auteur qui avait tout pour me plaire mais qui est retombé comme un soufflet préparé par mes soins, j’ai décidé de lui donner néanmoins une seconde chance. Grand bien m’en a pris puisque les similitudes s’arrêtent seulement à la couverture sublime. Je suis très sensible à la thématique des changements « couillus » de vie, ces destins de femmes qui se prennent en main. C’est exactement ce de quoi il est question ici puisque l’on suit Anita qui vient de laisser partir la prunelle de sa vie pour ses études supérieures. Va-t-elle déprimer ou remplir ses jours avec tout ce qu’elle a laissé de côté pendant 17 ans ? Ses rêves par exemple ? Deuxième option, forcément…

Ma chronique de Le jour où Anita envoya tout balader est ici.

La petite boulangerie du bout du monde de Jenny Colgan

La petite boulangerie du bout du monde de Jenny Colgan

Nous voilà encore face à un petit bout de femme qui prend sa vie en main en lui faisant faire un tour à 180° ! On suit Polly qui, après un mariage et une affaire qui prennent l’eau, décide de tout plaquer pour aller fabriquer du pain, sa passion dans la vie (non, contrairement aux apparences, ce n’est pas une no life), sur une île de Cornouailles inaccessible la moitié de la journée, perdue, et dans un appartement humide et froid. Ca commence donc plutôt de manière pas terrible mais c’est sans compter le caractère optimiste, avenant et dynamique de Polly qui va révolutionner un peu tout ça !

Ma chronique de La petite boulangerie du bout du monde est ici.

Ceci n’est pas qu’une comédie romantique de Julie Grêde

Ceci n'est pas qu'une comédie romantique de Julie Grêde

Tu as besoin de te marrer un coup pendant ces périodes de fêtes parfois déprimantes ? Alors ECOUTE MOI attentivement et ouvre ce roman ! Julie Grêde a un humour qui décape avec des expressions qui m’ont fracturé quelques côtes à force de rire ! Si le scénario n’est pas le plus folichon de l’année et qu’on a l’impression de l’avoir lu et « trolu » (un gars, une fille n’ayant rien en commun, coincés dans un chalet sous la neige), la plume de l’auteur vaut largement ce petit désagrément !
Un plaid, un chocolat chaud, ce bouquin et des marshmallows et hop, le tour est joué ! Fini la loositude par 3° ! Recommandé dans la nouvelle campagne publicitaire de la sécu !

Ma chronique de Ceci n’est pas qu’une comédie romantique est ici.

Journal d’un vampire en pyjama de Mathias Malzieu

Journal d'un vampire en pyjama de Mathias Malzieu

Cet auteur est mon idole. Je ne m’en suis jamais cachée, je suis amoureuse folle de sa plume. Un vrai poète des temps modernes avec des expressions qui marquent ton coeur d’un tissage rouge à son effigie et dont le tracé s’effiloche jusque dans ton esprit pendant longtemps. Il livre ici son roman le plus intime, celui qui narre l’histoire de sa maladie qui l’a transformé en « vampire ». Un livre qui se lit et un livre qui s’écoute avec la bande-son du dernier album de Dionysos, son groupe.

Ma chronique du Journal d’un vampire en pyjama est ici et c’est de loin MA MEILLEURE.

Les bandes dessinées

La tristesse de l’éléphant de Nicolas Antona

La tristesse de l'éléphant de Nicolas Antona

Mon plus gros coup de coeur BD adulte, le voilà. Les illustrations sont « magnidouces », l’histoire tirerait des larmes à un serpent persiffleur déshydraté. On rencontre Louis, ce « petit gros » souffre-douleur de l’orphelinat. Son seul et unique plaisir ? Aller au cirque Marcos qui plante son chapiteau dans sa ville quelques jours par an. Et puis il y a Clara, la dompteuse d’éléphants…

Ma chronique de La tristesse de l’éléphant est ici.

L’année du crabe d’Alice Baguet

L'année du crabe Alice Baguet

Cette BD j’avais peur de l’ouvrir. On connait tous de près ou de loin quelqu’un qui lutte contre cette saloperie de maladie qu’est le cancer. Objectivité néant. Mais Alice nous raconte son histoire à elle, comment elle a rencontré celui qu’elle surnomme Jean-Pierre, à l’âge de 19 ans, et le tout avec humour et subtilité. Je me suis même surprise à rire. Elle évoque cette relation avec JP à la manière des étapes d’un couple : la rencontre, l’apprivoisement, la fusion puis la séparation.

Ma chronique de L’année du crabe est ici.

La Guerre des Lulus de Hautière et Hardoc

La guerre des Lulus Hautière et Hardoc

Ce n’est pas une BD à usage unique mais une série  qui raconte par tome une année de la première guerre mondiale. Les Lulus, ce sont ces quatre copains inséparables et orphelins qui jouaient dans les bois au moment où leur orphelinat a été évacué par crainte des bombardements allemands. En tentant de retrouver leurs camarades, ils vont se perdre en territoire ennemi et vont apprendre à survivre seuls. Une jolie histoire d’amitié, de solidarité qui replonge le lecteur dans les temps sombres de la France et qui parfois nous rappelle que l’ennemi n’est pas toujours celui que l’on pense.
Si les BD sont plutôt classées au rayon jeunesse, je pense que les adultes sont davantage à même de saisir les subtilités.

Je n’ai pas écrit de chronique à ce propos mais c’est celle de Livresse des mots qui m’a convaincue d’ouvrir cette série !

Les lectures des petits

Les albums

Une aventure de Violette Mirgue, mystère et fromage à Toulouse de Constance Mallard

Violette Mirgue de Constance Mallard

Un de mes deux coups de coeur annuels ! Je voyais depuis un moment les couvertures de ces albums faisant la part belle à une petite souris nommée Violette Mirgue et à ses aventures un brin policières mais j’avais ce préjugé totalement non fondé que c’était peut-être un peu cucu-la-praline-concon-les-pompons ! Voilà comment se prendre une gifle claquée dans ses représentations ! Ce livre est génial. Il fait découvrir les principaux sites toulousains de manière ludique, les illustrations sont extrêmement travaillées avec plein de détails enchantant les enfants et faisant sourire les adultes. Que du bonheur !
Et pour ceux qui s’en tamponnent le cassoulet de Toulouse, il y a aussi des albums sur l’aviation, sur Paris, et le dernier en date sur Noël !

Ma chronique de Violette Mirgue est ici.

Le livre en colère ! de Ramadier et Bourgeau

Le livre en colère de Ramadier et Bourgeau

Un album pour les enfants de maternelle qui ne savent pas comment gérer leur colère. Il leur fournit les « armes » pour lutter : une méthode simple et efficace à suivre d’abord avec l’aide d’un adulte puis tout seul au fil des pages.

Plus d’explications dans ma chronique pour Livresse des mots !

Les bandes dessinées

Coeur de Pierre de Gauthier et Almanza

Coeur de pierre de Gauthier et Almanza

Mon deuxième coup de cœur jeunesse. Encore aujourd’hui j’ai le neurone comme dans du coton tout doux rien que d’en parler. Ce livre est magique ! Son univers tout à l’aquarelle avec des teintes pastels, l’absence de bulles de dialogue, une histoire d’amour si douce qui n’est pas sans rappeler La mécanique du cœur de Malzieu, tout concorde à faire fondre le givre de ta carapace hivernale. Je ne t’en dis pas plus pour garder le mystère de la découverte.
Pour l’anecdote, sache que je l’ai lu d’une traite dans les rayons de Cultura, au milieu d’une foule de moins de 10 ans en délire, et que même en l’ayant terminé, je l’ai acheté !

Les carnets de Cerise de Joris Chamblain

Les carnets de Cerise de Joris Chamblain

Là, on ne parle même plus de coup de cœur. Le palpitant est décédé. Si tu me suis sur la partie « voyages » du blog, tu sais combien j’adore les carnets de voyage qui sont, finalement, des cousins des carnets de vie et autres journaux intimes. Cerise est une toute jeune fille que l’on regarde grandir au fil des tomes et qui tient un journal intime, mélange de souvenirs collés, de petits dessins, de photos, et bien sûr, de textes. Plus tard, elle veut être écrivain, comme sa voisine, alors elle s’entraîne. Dans son imaginaire, on n’est d’ailleurs un bon écrivain que si on a des histoires passionnantes à raconter c’est pourquoi elle devient chasseuse de mystères avec ses deux meilleures amies toujours dans la combine mais pas toujours consentantes !
Je crois qu’il s’agit de la seule BD jeunesse qui m’ait tant fait expérimenter la palette des émotions humaines et même qui m’ait arraché quelques larmes secrètes. Pas de tristesse, mais d’émotion. Cerise et ses carnets font du bien à nos âmes d’adultes souvent malmenées.
« Le zoo pétrifié » est mon tome préféré.

****

Voilà donc pour ces livres qui ont peuplé mon imaginaire en 2016 et qui continuent à faire écho longtemps en moi.
Ce sont des livres que j’offrirais à tour de bras. D’ailleurs j’ai commencé pour certains ! 😇
Je t’aurais bien volontiers aussi parlé de la série de bande dessinée adulte Les vieux fourneaux mais je suis frustrée, j’attends trop avec impatience qu’ils sortent le prochain tome et je suis incapable de chroniquer calmement !

Bon et toi alors, quels sont tes coups de cœur qui ont changé une partie de toi momentanément ou durablement cette année ?
Dis moi ce que tu lis et je te dirai qui tu es. (C’est vendeur ça ?)

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Vos petits mots

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.