La perle et la coquille – Nadia Hashimi

Des fois dans la vie il y a le destin et ses évidences. Une fois n’est pas coutume, je vais te raconter la petite histoire de ce livre, La perle et la coquille. Ce n’est pas pour rien qu’il est en photo avec Trotamundo, notre nain de voyage.
Ce  livre de poche a parcouru des milliers de kilomètres à l’insu de mon plein gré. Tombée amoureuse du résumé avant de partir pour un mois de roadtrip à Cuba, je l’ai chargé sur ma liseuse en salivant d’avance sur cette lecture prometteuse. Sauf que la vie est pleine de surprises.
Dans  l’avion je me rends compte que le chargement n’a pas fonctionné. Horreur, « mon précieux » ne part pas avec moi ! C’est là que je me dis que si notre escale se fait à Paris en partant de Barcelone, ce n’est pas pour rien.
Forcément j’atterris au point Relay malgré un temps d’escale réduit à un saut de puce toy.
Forcément je tombe dessus instantanément sur les étalages des meilleures ventes.
Forcément je me flagelle mentalement de m’encombrer d’un livre alors que je m’étais obligée à ne fonctionner qu’avec une liseuse en voyage sac à dos.
Forcément la couverture est turquoise.
Forcément je craque.

Chronique la perle et la coquille Nadia Hashimi

Ce livre m’a suivie pendant un mois entre Cuba et Barcelone. Il a voyagé sur le devant de mon sac à dos, dans le filet. On ne sait jamais, des fois qu’il donnerait des idées à d’autres voyageurs lecteurs…
C’est un livre qui m’a émue, chiffonnée, marquée, convaincue. C’est pour ça qu’il est corné. Il est à mon image et à celle de mon cœur.
Je ne l’échangerais pour rien au monde contre un tout neuf.

Je crois qu’il est maintenant temps que je te raconte le contenu.
C’est un peu pour ça que tu es là après tout !

De quoi parle La perle et la coquille

Kaboul, 2007 : les Talibans font la loi dans les rues. Avec un père toxicomane et sans frère, Rahima et ses soeurs ne peuvent quitter la maison. Leur seul espoir réside dans la tradition des bacha posh, qui permettra à la jeune Rahima de se travestir jusqu’à ce qu’elle soit en âge de se marier. Elle jouit alors d’une liberté qui va la transformer à jamais, comme le fit, un siècle plus tôt, son ancêtre Shekiba. Les destinées de ces deux femmes se font écho, et permettent une exploration captivante de la condition féminine en Afghanistan.

Mon avis ? 

La recommandation est signée Khaled Hosseini (l’auteur du brillant Mille soleils splendides) et ce n’est pas pour rien. Ces deux auteurs traitant de la condition des femmes afghanes le font d’une plume de maestro.

Une fois la première dizaine de pages envolées, c’est fini, mon esprit a fait de même pour migrer en direction de l’Afghanistan dans deux époques différentes séparées par une centaine d’années.
J’ai été happée par les destins de ces femmes fortes, frappées tant par la vie que par les malheurs. Leur fierté et leur combativité sont une leçon de vie poignante et touchante.
Les rebondissements s’enchaînent au rythme des battements de coeur du lecteur.
Située à la croisée du conte et du récit moderne, cette histoire se vit plus qu’elle ne se lit. Et en cela, il faudra toute ta motivation pour poser le livre et le continuer à un autre moment.

J’ai découvert beaucoup de choses concernant le quotidien des femmes afghanes (qui finalement n’a pas évolué en un siècle) comme par exemple la tradition des bacha posh, ces filles travesties par leurs familles en garçons jusqu’à la puberté afin d’aider davantage le foyer en travaillant aux champs, en marchandant sur les marchés, mais aussi afin d’offrir un semblant d’enfance à une fille de la fratrie.
J’ai été touchée par la rudesse et l’emprisonnement que constitue le quotidien de mes semblables dans un autre coin du monde où la liberté est seulement un concept qu’elles ne peuvent  caresser que par les rêves ou en prenant le risque de perdre la vie de manière lente et brutale.

 

Au final ?  Une perle et pas de coquilles littéraires ?

Je me sens doublement chanceuse.
D’avoir eu la possibilité de me plonger dans ce merveilleux roman (qui est un coup de cœur) si haletant et tout en finesse (les passages les plus choquants ne sont que suggérés), tout d’abord. Ensuite d’être née de nationalité française, dans un pays de liberté et d’égalité.

Un roman à découvrir d’urgence.
L’auteur sort un nouveau roman le 21 octobre 2016, Si la lune éclaire nos pas, et mon flair décapant renifle un nouveau coup de cœur en perspective !

Je rajoute en bonus l’interview de Nadia Hashimi, l’auteur, à consulter sur le blog de Fiona, Pretty Books.

*****
 

Ma note : 20/20

Vos petits mots

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.