« Je peux très bien me passer de toi » de Marie Vareille

La liseuse, cet outil formidable, qui me permet d’engloutir des tas de livres en voyage ! 😍
Je continue dans ma série de lectures légères pour l’été, ou les vacances au sens large.  « Je peux très bien me passer de toi », second roman de Marie Vareille, a pleinement sa place dans cette catégorie !
Tu viens ? Je fais les présentations ? 

Afficher l'image d'origine 

Ce roman de 2015 est dans ma PAL depuis des mois. Je le gardais au chaud pour le lire durant l’été. Je ne suis absolument pas déçue de choix.
Tu vas certainement penser que j’ai des yeux bioniques ou un super-pouvoir caché mais il s’agit encore d’un roman que j’ai englouti en deux jours ! 

De quoi ça cause ? 

Chloé et Constance sont bonnes copines, bien qu’elles n’aient en commun
que leurs vies sentimentales catastrophiques. Un soir, les deux jeunes
femmes décident de prendre leur vie en main en concluant un pacte.
Chloé, séductrice dans l’âme et Parisienne jusqu’au bout des ongles,
devra s’exiler en pleine campagne avec l’interdiction d’approcher un
homme pendant six mois. Constance, incorrigible romantique, s’engagera à
coucher le premier soir avec un parfait inconnu. Des vignobles du
Sauternais à Londres en passant par Paris, cet étrange pacte entraînera
les deux amies bien plus loin que prévu…

Mon avis ? 

Ce roman parlant de femmes et écrit manifestement pour les femmes met en scène deux personnages centraux où chaque spécimen pourvu d’ovaires entre 18 et 40 ans pourra aisément s’identifier à un moment spécifique de sa vie.
J’ai eu personnellement une nette préférence pour le personnage de Chloé, dont l’histoire plus aboutie m’a davantage transportée. Et puis il faut dire qu’elle s’assortit très bien à la tonalité de « l’amour est dans le pré » ! 😄 (quoi ? Ben moi j’avoue au moins ce que je fais de mes lundis soirs !!)
J’ai eu davantage de mal à me rappeler les événements concernant Constance, que j’ai trouvés plus décousus et moins prenants, son personnage étant également plus « mollasson » que celui de Chloé. 
Mais que relater encore de ce personnage secondaire, loufoque à souhait, qu’est Charlotte ? Une jeune maman au franc parler qui dépote, toujours avec humour. Si les deux autres ne suffisent pas, celle-ci te fera craquer à coup sûr ! On veut toutes des copines avec un utérus défloré comme ça !

Les péripéties sont tissées de fil en laine de baleine : aucune surprise n’est pas déplorer pour toute lectrice coutumière de chick-litt. Mais ça fonctionne malgré tout. Et plutôt bien ! Bah oui, la plume est simple et bourrée de l’humour que j’adore, alors forcément, je ne pouvais qu’apprécier ! 


Au final ?

Tes doigts de pieds sont en éventail ? OK. Et tes neurones ? Si tu fais encore de la résistance, ce roman feel good peut t’y aider allégrement avec tous ces adjectifs et ces bons mots qui font du bien : frais, cocasse, rigolo, héroïnes désopilantes, détente, comédie romantique, amitié, amour, maternité, vin. 
Parce qu’ici on a une valeur sûre dans le roman féminin d’été hein. Allez, écoute-moi, fais faire du yoga à tes neurones. Ils te diront merci dans 15 jours ! 😉

*****

Ma note : 17/20

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.