« C’est où, le nord ? » de Sarah Maeght

« C’est où, le nord ? » a fait beaucoup couler d’encre dès sa sortie. C’était le livre à lire en ce début 2016. Je l’ai acheté, intriguée par son résumé, mais je ne l’ai pas lu de suite, attendant que la ferveur retombe un peu.
Allez, suis-moi, que je t’explique un peu de quoi il retourne ! 

C'est où le nord Sarah Maeght


Ella est professeur de français dans un collège parisien. Elle a 24 ans et est un peu perdue dans sa vie qu’elle partage entre son poisson rouge handicapé, Klaus, son ex, Victor, son meilleur ami gay, Théo, sa meilleure amie Lou. Tout se complique encore le jour où elle rencontre Cléo, le prénom en forme de bulle, qui lui ouvrira de nouvelles perspectives concernant sa vie parisienne.

Mon avis ? 

Encore un roman de 300 pages qu’il sera difficile de lâcher avant d’arriver au mot FIN. Le style de Sarah Maeght est vif et incisif. Elle ne s’embarrasse pas de ronderies ni de périphrases. On va droit au but. Comme à l’OM. (Oui, je saiiiis… Mais j’étais un peu obligée de la faire celle-là, non ? 😜 )
Un peu trop peut-être des fois ? Etant moi-même enseignante, j’ai été un peu surprise de l’extrême familiarité dont fait preuve l’héroïne à l’égard de ses collègues (qu’elle connait finalement peu) voire même à l’égard de ses élèves. Ce registre familier est très présent tout au long du roman avec un certain nombre de grossièretés et de mots vulgaires.
Je suis partagée à ce propos. D’un côté il s’agit d’un ouvrage contemporain qui se doit de dépeindre la société telle qu’elle est (et si tu prends le temps d’écouter les jeunes parler dans la rue, il n’y a plus de virgules, mais que des gros mots) mais d’un autre côté, cette vulgarité écrite me dérange encore plus que celle orale. (Que je pratique aussi, hein, surtout après 16h30 et 6h de retenue verbale ! 😄) Certainement du fait que les paroles s’envolent mais que les écrits restent.
Au delà de la familiarité, d’autres descriptions du milieu enseignant m’ont faite bondir, notamment celle de Vincent Tatanguer et de son attitude. Je ne peux pas en dire plus sans dévoiler l’histoire, mais j’ai été choquée ainsi que du comportement d’autres enseignants à son égard dans ce récit.

Les événements s’enchaînent à la vitesse de la lumière. On peut avoir l’impression de passer du coq à l’âne et de survoler des choses qui mériteraient d’être plus approfondies, mais c’est aussi la vie actuelle de la génération zapping, aussi appelée génération Y, qui a du mal à se fixer longtemps sur un sujet ou une préoccupation, qui se cherche en permanence.

Il vaut mieux que tu sois averti : les tourments principaux de l’héroïne tournent autour de sa vie sentimentale et surtout sexuelle, de manière plutôt très crue. Pour certains lecteurs, cela peut décevoir, ajouter trop de futilité.
J’ai trouvé ce personnage de 24 ans, nouvellement entré dans la vie active, relativement immature. J’avais davantage l’impression d’être face à une jeune fille de 19 ans, qui découvre sa liberté fraîchement acquise.

En dépit de ces quelques points, le roman en lui-même est très prenant, il se lit à une vitesse incroyable et on a peine à le poser, notamment tenus en haleine par une intrigue à tendance vaudoo ou satanique. Ella est attachante, elle nous embarque facilement dans ses doutes, ses projets, ses envies, ses coups de tête et de gueule.
Elle cherche le nord, mais au final, elle est souvent à l’ouest.


Au final ? 

Avec « C’est où, le nord ? », Sarah Maeght, elle-même professeur de français de 24 ans, signe son premier roman à la plume prometteuse. Quelques incohérences, rebondissements impromptus ou l’absence de fil directeur clairement défini n’enlèvent rien au plaisir de la lecture. Le roman contemporain de chick-lit’ se lit d’une traite, il est impossible de procéder autrement. Même la grande Katerine Pancol, chargée de la préface, le confirme avec force adjectifs imbibés de positivisme.
Et puis de mon côté, comment résister à une couverture qui utilise aussi une de mes marques de fabrique sur les photos de voyage avec le personnage de dos aux mains levées ? Même si personnellement, je cherche davantage le sud que le nord ! 😤


*****



Ma note : 16/20


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.