L’atelier carnet de voyage, pour partir loin entre les deux oreilles (z’oreil ?)

Parce qu’il n’y a pas que les ateliers d’écriture dans la vie ! 
Il y a aussi les carnets de voyage et là… je pars d’encore plus loin ! Du fin fond de la liste de notation ! 
J’ai décidé de tester l’atelier d’une dame rencontrée lors du salon du tourisme de Toulouse et dont les carnets sublimes m’ont conquise car ils mélangent la technique de base du voyageur : l’aquarelle et les collages sous forme de compositions. Souvent on ne trouve que l’un ou l’autre dans les ateliers.

 

Bon, bon, sachant cela, comment ça se déroule ? 

Les cours durent 2h30, le mercredi.
Le matin ce sont les élèves plus expérimentés et l’après-midi plutôt les débutants. Enfin il n’y a que Mr Cool-ture et moi-même dans la catégorie « le carnet de voyage pour les nuls de chez nuls qui veulent se soigner ». Au moins… on ne peut que progresser ! 

Nous venons donc sans surprise pour le cours de ……… l’après-midi ! Tu as suivi ! 
Le thème est « monotypes et cartes« .
Je ne sais absolument pas ce que signifie ce premier mot étrange.

C’est le moment du mot du jour, tu l’auras compris !! Le monotype est une technique d’impression à la peinture à l’huile ou à la gouache sur un support lisse.

On va donc utiliser la technique du monotype pour créer une carte d’île imaginaire !
Très bien pour une première sensibilisation car aucune compétence en dessin particulière de demandée ! (sinon je pense qu’elle nous aurait proposé un petit remontant alcoolisé plutôt qu’un café à la pause !)
A l’aide de brou de noix mélangé à du liant, nous faisons un gloubi boulga qui va nous servir de « peinture » à déposer sur un carreau de carrelage ou de plexi.
Après une série d’empreintes faites, nous obtenons plein d’îles toutes plus différentes les unes que les autres. En partant d’une technique très basique, il est amusant de constater que chacun obtient des îles totalement distinctes de celles de son voisin.

Voici les miennes, déjà bien distinctes !

En utilisant du brou de noix plus dilué et des feutres spéciaux, la prof nous montre comment transformer cette base en véritable carte au trésor : on crée les traits de niveaux du relief, les informations de latitudes et longitudes, et on rajoute des indications symboliques, des noms aux lieux.
C’est à partir de cet instant que j’ai laissé s’envoler quelques rides et beaucoup d’années !
J’ai retrouvé mes 9 ans et demi alors que je venais de fermer le livre de Stevenson ! 
Je me suis littéralement éclatée comme une enfant à partir dans des eaux caribéennes imaginaires, à me façonner un monde de Sims insulaires.

Pour la petite histoire, j’ai échoué mon poulpe à propulsion vrillante sur une île nommée Chuisalouestjéperdul’nor. Koh Lanta à côté ? Un goûter d’anniversaire de Dora !! 

Voici l’aperçu du produit final : 

Et les détails : 

Sans rancune belle-maman !!

Pour l’île des punis, j’ai la liste du Père Noël…

La lagune Mauvaise Passe… Une ventouse des Bermudes pour navigateur à dos de poulpe

Surtout ne pas manquer d’aller sur le promontoire-point de vue « Big Brother », il vaut le coup d’oeil !

La plage des zones C qui commencent leurs vacances. Les parisiens, merci de laisser les sudistes en paix et d’aller sur l’autre plage des Cramés, poutous sur vous !

Et voici la production de Mr Cool-ture (toute ressemblance avec notre prochain road trip serait bien évidemment fortuite !)

  Bon, autant dire qu’on est conquis et que l’on reviendra le mois prochain ! Avec nos 31 ans cette fois mais toujours avec nos paillettes dans les yeux !

Voici le lien du blog de notre prof pour cet atelier (et les suivants d’ailleurs !).
Pour les plus férus, elle propose également des stages dans divers pays. A voir sur son site.

Vos petits mots

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.