Si on visitait les backstages d’une artiste du voyage ?

Si tu remontes un peu dans les articles, tu vas en trouver un qui traite des carnets de voyage (non, ok, plusieurs…), mais celui qui est intéressant, c’est celui qui parle de Stéphanie Ledoux. Tu te souviens ? Elle est passé dans un reportage d’Envoyé Spécial.
(rattrapage pour les mémoires d’éponges : baroudeuse carnettiste vivant de son art et domiciliée dans ma ville, Toulouse)
Pourquoi il faut t’en souvenir ? Parce que dimanche dernier, nous sommes allés faire les fouines admiratives lors des portes ouvertes de son « appartelier ».
On y est resté 2h17 et tout était fait pour nous y faire passer la journée : thé et pâtisseries à se damner la papille dominante offerts, tableaux originaux, reproductions sur affiches, magnets et cartes postales à la vente.
On ne sait plus vers quoi tourner le globe oculaire.
Mais le plus intéressant, selon moi, fut la consultation des carnets de voyage originaux. Ils sont incroyables tant par la qualité des dessins que par la personnalisation de la mise en forme. L’écriture souvent calligraphiée (et sans faute d’orthographe, merci pour la préservation de mon syndrome du stylo rouge) apporte un cachet non négligeable. J’ai d’ailleurs été tellement admirative de ces compositions que j’en ai oublié de prendre des photos. (crédit photo Mr Cool-ture donc !)

Dans la simplicité qui la caractérise, Stéphanie nous a présenté une des techniques de décoration de ses carnets : la gravure sur lino (linogravure pour le mot du jour !). On grave à l’aide de tête de gouges (2ème mot du jour, c’est cadeau) en évidant les zones « blanches », l’encre se déposant sur les reliefs.
Cette technique est fortement déconseillée aux maladroits car il est facile de se faire un piercing pour glisser un anneau de vache. Je m’en tiens donc loin des fois que cet ustensile ait sa volonté de mouvement propre.

Le bureau avec les ustensiles de linogravure

Tout ça pour vous inviter vraiment à découvrir cette artiste, à fortiori si l’allèle gypsy est dominant chez vous et si comme les marins à quai, vous saisissez toute occasion d’entendre parler voyages.
Et si tu es toulousain, alors là c’est carrément une obligation prescrite par ton médecin ! 

Par ici, nos banquiers respectifs vont juste couler dans le béton nos porte feuilles pour résoudre notre faiblesse face à l’achat compulsif. Voilà notre butin suite à cette visite : 

Cartes postales (2€ l’une) et livre compilant plusieurs carnets de voyage, un vrai ouvrage d’art pour 30€

Bon, il y a aussi une reproduction sur affiche qui a été un vrai coup de coeur pour moi, mais comme c’est mon cadeau de Noël, je la garde secrète pour le moment ! 


Petit bonus parce qu’on est fan : la dédicace ! Portrait sublime d’une vietnamienne réalisé en moins de 5min à la sanguine. Elle m’énerrrrrrve, ouh qu’elle m’énerrrrrrve ! 

Pour retrouver l’artiste, c’est ici sur Facebook ou bien par  pour son blog. (gardez à proximité la serpillière, la bave coule rapidement…)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.