Le coup de coeur littéraire de l’été !

Je pensais que cette année je n’en aurais pas, de fameux coup de coeur. J’ai apprécié mes lectures, mais rien qui me retourne.
Jusqu’à mon anniversaire. Jusqu’à ce que mon amoureux, qui me connaît manifestement mieux que moi-même, m’offre une pépite littéraire.

Critique à chaud, en refermant à peine la couverture. Déjà
c’est co écrit par un auteur de litté jeunesse que j’adore : JC
Mourlevat (« la rivière à l’envers », « l’enfant océan », « la balafre ») et
la couverture a un design façon carnet aux souvenirs qui ne me laisse
pas indifférente. Le titre parle de danse, le contenu du bouquin pas du
tout.  Piège !
Bon et sinon c’est quoi ? Un roman épistolaire 2.0 entre un
écrivain souffrant de la page blanche à encre mentale invisible et une
nana ordinaire, souffrant de complexes affirmés. Mais c’est dans
l’ordinaire que se cachent des personnes extra ordinaires et de leur
rencontre virtuelle nait un bijou merveilleux. Une correspondance
fantastique où, malgré un style simple, on peut trouver des perles de
métaphores, d’humour et d’implicite.
J’aime les grandes roues mais là j’ai fait un grand 8 de l’émotion !
J’ai été émue, triste, enjouée, franchement heureuse, perplexe,
curieuse, etc. On est tenu par 2 fils rouges mystérieux tout le long du
roman.
L’avantage de cette lecture de correspondance c’est que les chapitres
sont courts : c’est en lisant n’importe où qu’on devient n’importe quel
lecteur emballé !
C’est un livre qui va vous donner envie d’envoyer des mails plus
souvent. Qui va vous donner envie de vous appliquer un peu plus en les
envoyant.
C’est un livre qui laisse le flottement d’un sourire sur mon coeur.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.