Dans la forêt lointaine – Marie-Pierre Burtin

Chronique-roman-dans-forêt-lointaine-marie-pierre-burtin

« Dans la forêt lointaine » m’a été proposé en version non définitive dans le cadre du comité de lecture Cultura à l’hiver dernier.
Ça commence comme une comptine pour enfant. Pour autant, rien ici n’a de rapport avec l’enfance. Au contraire, le titre peut faire penser à ces thrillers qui se déroulent dans les ombres dissimulées des bois… Alors, qu’en est-il réellement ?

dans-forêt-lointaine-marie-pierre-burtin

 De quoi ça parle ?

Un jeune homme en quête d’une mère qu’il n’a jamais vue.
Une veuve esseulée qui n’ose pas lui dire que ce n’est pas elle qu’il cherche.
Une fille qui voit d’un très mauvais œil l’arrivée de son nouveau frère.
Dans un village qui cache de nombreux secrets, ils vont malgré eux déclencher des forces qui les dépassent. Et la montagne et ses escarpements, la forêt et ses labyrinthes se trouvent être un décor bien pratique pour enfouir les drames passés et préparer ceux à venir.

Mon avis ?

Huit-clos. Je n’ai jamais aimé ce mot. Ma claustrophobie notoire qui ressort très certainement.
En tout cas, je n’ai découvert ce terme qu’en cherchant le résumé de la maison d’édition pour écrire cette chronique. Il faut dire que j’ai lu ce livre à l’aveuglette. Je n’avais que des épreuves non corrigées et sans synopsis dans le cadre du comité de lecture Cultura.

J’ai été perdue la moitié du livre dans les noms des personnages et les relations qui les lient. Nous suivons l’histoire des habitants d’une impasse dans le quartier de l’Orcine. Je ne savais pas qu’une impasse pouvait compter autant de personnes entre les parents et les enfants ! Et si l’on rajoute les personnes disparues d’il y a 25 ans, plus quelques noms composés, alors là, ma girouette littéraire est déboussolée !

L’auteur a décidé de ne pas nous rendre la tache facile puisqu’en plus de son armée de personnages, elle a choisi de changer les narrateurs, même au sein d’un chapitre, sans transition.

Ces difficultés, liées à un climat assez pesant (je crois bien que c’est le principe du huit-clos) et parfois surréaliste, ont fait que je n’ai pas trouvé cette lecture agréable. Pour tout t’avouer (mais en chuchotant quand même), je n’ai même pas compris la fin.

Au final ?

Cette lecture ne m’a pas convaincue ni transportée. Je pense que ce n’est tout simplement pas mon genre littéraire. Je ne la conseille pas nécessairement à part aux amateurs de huit-clos. Même si le style paraît simple, sans phrases à rallonge ni mots pompeux, il n’en est rien au final car la structure narrative est plus que complexe. Beaucoup trop pour mes soirées sous le plaid après une journée de travail longue et compliquée.

Ma note : 9/20

 

Tags from the story
, ,

Vos petits mots

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *